Lundi 01 Juin 2020, 18:04     Connectés : 8      Membres : 7


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Journal de quêtes de l'an 2014, semaine 16

par Toupilitou 20 Avr 2014 08:25 4

Mes prières ont mis un peu de temps à porter leurs fruits. En effet, le vide béant de la semaine dernière laisse place à une surdose de nouveaux RPG ou assimilés. Mais sont-ils tous de qualité ? En tout cas, depuis que j'ai fait lire le contenu de cette chronique à mon chat, il ne m'adresse plus la parole. Et je le comprends, il a sa fierté, et est depuis retourné à la lecture de Game of thrones.

 

Le monde est décidément bien fait dans l'univers des transitions de paragraphes ; une des déités de l’œuvre de George R. R. Martin fait partie intégrante du dernier sondage et ses résultats sont relativement parlants ! Il faut bien avouer que la perche que nous vous avions tendue était un peu trop énorme pour ne pas être saisie. Vous avez été en effet plus de 40 % (sic !) à déclarer être "dieu". La faute probablement aux trop nombreux jeux vous permettant de vous adonner au grosbillisme. Melitele est arrivée en deuxième position, mais vos votes faisaient bien plus référence à la plastique de son clergé qu'à sa philosophie ! Du coup, je déclare les résultats de ce sondage nuls et non avenus, et reprend à mon compte cette excellente suggestion : la seule et unique illumination que vous ayez eue est celle de... Jah Rastafari ! Eh oui, il vous aidera sûrement à affronter la plupart des jeux que je vais vous présenter maintenant... Par ailleurs, comme je suis quelqu'un de plutôt taquin, j'ajouterai même qu'il vous aurait peut-être aidé dans la lecture de l'article de Killpower : Diablo 3, succès d'un hack'n slash discutable (Aïe ! Pas taper !!)

 

Avec Agarest : Generations of War Zero de Idea Factory, nous faisons face à la préquelle du jeu éponyme, sans le "Zero". Il s'agit d'un jRPG tactique doté d'un développement plutôt original. Pour résumer de manière très succincte : vous commencez avec un personnage, draguez une protagoniste, engendrez un rejeton que vous contrôlez par la suite, d'où le "Generations" du titre. Le fiston héritera des principales caractéristiques de ses géniteurs. Ce jeu est parfois tellement cliché qu'il en deviendrait presque marrant, aussi bien sur le fond de l'histoire que sur la forme, avec des personnages féminins arborant des poses suggestives lourdingues. Mais ne vous méprenez pas sur mes propos : il ne s'agit pas du tout d'un hentaï, ni d'un pastiche de Leisure Suit Larry. Les phases de drague ne représentent en effet que 5 % du jeu. Les graphismes ont été légèrement améliorés depuis le précédent opus. Enfin les combats sont bel et bien tactiques, et vous demanderont de vous triturer un minimum les neurones. Selon ce qui est annoncé, ce jeu pourrait vous occuper pendant environ 80 heures, quêtes secondaires comprises.

 

   

 

Pour rester dans le jRPG, voici Aveyond : Gates of night d'Amaranth Games. C'est la seconde partie sur quatre du troisième épisode (ça va vous suivez ?). Autant vous dire que si vous ne voulez pas être largué, il est conseillé de faire les épisodes passés dans l'ordre, le précédent étant Lord of twilight, et encore avant Aveyond 1 & 2 tout simplement. Il ne casse pas trois pattes à un canard aussi bien graphiquement qu'au niveau de son histoire. En effet, vous allez devoir voler une relique à un vampire démoniaque nommé Gyendal, qui envisage de l'utiliser pour plonger le monde dans une éternelle obscurité (wouhou !). Quoiqu'il en soit, sa valeur ajoutée semble résider, selon les fans, dans son humour et son gameplay.

 

   

 

Vous allez me dire que je me complais dans les univers tordus, mais si comme moi vous n’aimez pas le football, et bien que ce ne soit pas véritablement un RPG, vous serez éventuellement intéressés par FootLOL : Epic Fail League de Lion’s Shade. A contrario, si vous voulez mon avis, l'éditeur Herocraft, qui a classifié ce jeu en tant que RPG, devrait arrêter le crack. Quoi qu'il en soit, vous incarnez  le manager d’une équipe interplanétaire, où le but principal sera de tricher pour l’emporter. Pour ce faire, vous aurez à votre disposition des mines, des extraterrestres, et diverses armes complètement déjantées qui ne sont pas sans rappeler Worms. Au fur et à mesure de vos victoires, vous aurez la possibilité d’améliorer l’équipement de vos joueurs, en sachant que l’équipe adverse évoluera également en conséquence. Jouable en solo ou en multijoueur, vous aurez probablement bien plus de fun à y jouer entre potes. Avouez que cela a l’air bien plus marrant que de regarder des types courir après une baballe (Aïe ! Pas les cailloux !!).

 

   

 

ReignMaker de Frogdice Inc, greenlighté sur Steam, introduit des éléments RPG dans un city builder, le tout accompagné par un mélange pour le moins bizarre de tower defense et de puzzle lors des combats. Toutes les décisions politiques que vous pourrez prendre auront un impact sur l’évolution de l’histoire et de la culture de votre royaume. En parallèle de ce développement, vous aurez la possibilité d’upgrader votre armée, vos sorts et vos équipements en accomplissant des quêtes. Bénéficiant de graphismes mimi tout plein et colorés, il pourrait peut-être s’avérer amusant !

 

   

 

Fate : Undiscovered Realms de WildTangent fait son apparition sur Steam, quelques 6 années après sa sortie officielle. Il s'agit de la suite du hack'n'slash Fate, qui ressemble a un pseudo Diablo premier du nom uniquement solo et avec des graphismes à la Torchlight. Je vous invite donc à lire les tests correspondants sur RPG France afin de vous faire une idée sur ce jeu. En tout cas, force est de constater que la plateforme surfe pas mal sur la vague des oldies depuis quelques temps.

 

   

 

A l'instar de Man of Prey, Planet Alcatraz de 1C Company n'est pas réellement non plus une nouveauté, car il apparaît sur la plateforme Steam suite à sa "traduction" du russe vers l'anglais. Ce RPG en 3D isométrique et temps réel se déroule sur une planète prison, d'où son titre très original. Ses habitants sont tous des criminels invétérés qui y ont été bannis ad vitam eternam. Aux commandes d'un groupe de quatre personnes, votre objectif, vous l'aurez deviné, sera de vous évader de cet enfer planétaire. Les développeurs de ce jeu ont déjà commis Konung 3 : Ties of the destiny, délaissant le médiéval-fantastique pour du post-apocalyptique. Par contre, j'ai lu à droite et à gauche, de la part de types dont la langue maternelle est celle de Shakespeare, que la localisation anglaise avait été faite avec les pieds. Aventurez-vous donc dans cette histoire à vos risques et périls, et en toute connaissance de cause !

 

   

 

Ce qu'il y a de bien avec cette chronique, c'est que maintenant, je fais vraiment gaffe aux pitchs réalisés par les développeurs de jeux. Certains donneraient presque envie de pleurer, tant ils réduisent l'image idéalisée que je me fais du RPG : "You love RPGs but can go without in depth dialogues and scenario based text ? QuestRun is for you - taking you to battle in various themed dungeons. Progress as far as you can with your chosen heroes, die in agony and try again !" Lire ce genre de truc me fait en effet mourir (de rire) en agonisant dans d'atroces souffrances.... C'est donc en mode no-brain que vous pourrez rusher des donjons dans QuestRun, un faux jRPG développé par Cuve Games (ça ne s'invente pas...).

 

   

 

Passant de l'agonie à l'état de légume, voici NEStalgia de Silk Games. Soit dit en passant, il y a dans le légume bien plus de sagesse que nous ne pouvons en concevoir en voyant les certitudes affichées par ce jeu. Surfant sur la vague de la nostalgie, ils nous ont pondu un MORPG en 8 bits, sous couvert de pixel-art. Leur slogan : "Dragon Warrior 3 meets World of Warcraft". Il peut être joué en solo ou en multijoueur via des parties privées. Je pourrais en parler plus, évoquer son prix prohibitif, mais non... Je n'en ai pas envie. Tout au plus vous recommanderais-je de télécharger un bon vieux émulateur Super NES, accompagné de Chrono Trigger. Là on pourrait parler de véritable nostalgie ! Allez, pour le fun, je vous balance tout de même quelques screenshots...

 

   

 

Bien évidemment, les graphismes ne font pas tout, comme l'a si bien démontré Iosword dans son test de Deus Ex : The Fall. Mais quand même, à force de creuser en direction des abysses videoludiques, au point de presque rencontrer le papa d'Andariel, j'ai été amené à me demander si certains développeurs ne s'étaient pas lancés dans le concours de celui qui développerait le jeu utilisant le moins de bits. Peut-être que la semaine prochaine je serais amené à parler d'un super RPG avec affichage en code ASCII. Quoiqu'il en soit, j'ai juste envie de leur adresser un message : allez lire l'article d'Etienne NavarreLes indépendants peuvent arrêter d'être moches.

 

En espérant que la semaine à venir soit encore meilleure que celle que nous venons de vous décrire, on se retrouve dimanche prochain les gobs !

 

Retrouvez les articles "Journal des quêtes"


En-tête réalisée par Soldier_X5.

 

Commentaires (4)

#2

Jughurta
Chevalier

Footlol je l'avais repéré depuis un certain temps mais j'avais pas vu qu'il était sortit sur Steam à 3,49€ (-30%) merci de l'info.
#3

Toupilitou
Garde royal

Ah bah tiens... Si tu compte le prendre, ça pourrait être intéressant que tu nous dises ce qu'il peut bien avoir de RPG ce FootLOL.

#4

redd
Seigneur

Footlol a l'air bien sympa, je trouve !
#5

Leuffen
Guerrier

Pour ceux que l'anglais ne rebute pas, je conseille de regarder la vidéo du Cynical Brit sur le sujet : Totalbiscuit présente FootLol

Message édité pour la dernière fois le : 20/04/2014 à 15:06





Voir tous