Mardi 17 Septembre 2019, 04:58     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

La Goblinothèque #2 : Cyberpunk, de la table à l'écran

par Jubei 25 Déc 2013 00:00 31

​Cyberpunk, toute une génération.

 

Aujourd’hui mes chers amis, nous apprenons (depuis un moment) que le Studio CDProjekt Red, connu pour la saga The Witcher, développe le jeu Cyberpunk 2077. Bien sûr dit comme ça, vous me direz «  Ouais et alors ? ».  Et vous aurez raison, car peu de gens de la nouvelle génération connaissent Cyberpunk.  Remontons donc dans le passé pour en apprendre un peu plus et comprendre  pourquoi ceci est une super annonce.

 

NO Future...
 

Si je vous dis Ghost in the Shell ?  Ou bien Akira ?  Ou encore Blade Runner ? Pour chacun d'entre vous, cela fait écho dans votre tête, mais vous vous demandez quel rapport avec l'annonce ci-dessus ?  Hé bien tous ont pour point commun  une culture, un genre né à la fin des années 80 : le CYBERPUNK. Ce genre a pour origine un jeu de rôle papier du même nom ! Oui ma p’tite dame !  Cyberpunk est le pilier, la référence du genre ! Le papa de Shadowrun  et de tout ce qui en découle aujourd’hui : romans, jeux, films, mangas, etc. Sachez pourtant que le jeu Cyberpunk lui-même à pour origine un roman : le Neuromancien. (J'entends déjà les voix dire : Oui c'est surtout les romans qui sont à l'origine du genre... et ce n'est pas faux, mais le jeu de rôle y a beaucoup contribué...).  Le courant cyberpunk, par le biais des romans, prendra une proportion hors du commun, touchant même les studios dHollywood avec des films comme Blade RunnerDemolition ManTotal Recall, Running Man et bien d'autres encore, certains étant précurseurs au jeu de rôle.

Cyberpunk est le premier jeu de rôle à exploiter le thème littéraire du même nom. Il est donc fortement inspiré des romans de William Gibson, Walter Jon Williams, Bruce Sterling, Allec Effinger, Pat Cadigan, etc. L'expression "cyberpunk" vient du mot cybernétique, la science de la communication entre l'homme et la machine, et du mot "punk" : mouvement musical et social du début des années 80 ayant lancé le slogan No future. Le mélange des deux nous plonge dans un futur proche et sombre, où la technologie est omniprésente, tandis que la décomposition sociale atteint son paroxysme. En clair, un futur tout pourri semblable à la cité de Midgard dans Final Fantasy 7 avec le côté Matrix en bonus, saupoudré d'une pincée de Starmania. Un endroit où vous n'aimeriez pas vivre. 

A l’origine, nommé Cyberpunk, le jeu prend par la suite le nom de Cyberpunk 2013, car comme vous le comprendrez, le contexte du jeu se situe aux alentours de l’année 2013 de notre monde.  A l’origine de ce jeu de rôle,  cinq auteurs qui ont une vision dystopique de notre futur : Colin Fisk, Dave Friedland, William Moss,  Scott Ruggels et le seul l’unique Michael Alyn Pondsmith (Mike pour les intimes).  

 

Mike Pondsmith

 

Le jeu présente alors un univers où le réel et le virtuel ne sont séparés que par un mince voile.  Un monde contrôlé par de grandes et grosses corporations, un monde où les hackers sont monnaie courante et où les hommes ont accès à des implants cybernétiques pour améliorer leurs caractéristiques.

Tandis que la première édition de Cyberpunk se situait en 2013 et dépeignait un univers d'anticipation basé sur les romans "cyberpunk", mais finalement assez proches du monde contemporain, la seconde prend place en 2020 et sera la première parution traduite en français de la Licence, de l’année 1991. Les corporations y dirigent le monde depuis leurs citadelles de verre, tandis que la dernière mode consiste à s'implanter des systèmes électroniques pour se rapprocher de la machine. Quant aux pirates informatiques, ils connectent directement leur cerveau aux ordinateurs pour pénétrer une réalité virtuelle globale qui représente le réseau mondial : la matrice. La violence transforme certains quartiers urbains en zones de combat où il ne fait pas bon s'aventurer la nuit. Les joueurs peuvent y incarner des rebelles de ce monde devenu fou, cherchant à survivre dans la jungle urbaine.

 

Retour vers le futur !
 

Cyberpunk 2020 propose une zone particulière pour jouer, un cadre d'aventures crée spécialement pour le jeu : Night City, une cité californienne fictive bâtie dans le futur entre San Francisco et Los Angeles. Cette ville nouvelle est l'incarnation du monde cyberpunk : l'innovation technologique côtoie la pire des misères, et les requins sans scrupules des corporations vivent dans des quartiers protégés par des milices sur-armées, à deux pas des zones de combats grouillant de gangs, de criminels et de drogués. Cyberpunk ne se limite pas à Night City néanmoins, et de nombreux suppléments décrivent l'état du monde, y compris le système solaire qui commence à être colonisé, grâce aux  progrès des sciences spatiales.

 

   

On ne sort jamais sans son pétard dans Night City.

 

Le jeu fera ses galons, trouvera son public et ses fans. Mais ce dernier se retrouvera très vite dépassé par ses successeurs comme Shadowrun, Edgerunners et autres adaptations de l’univers original.  Shadowrun est d'ailleurs le parfait exemple du jeu qui a su s'adapter, alliant les fans de Cyberpunk et de AD&D en mêlant magie, technologie, occultisme et fantaisie. 

 

Système & mécaniques 
 

Les règles de base du système de Cyberpunk 2020 (appelé Système Interlock) sont basées sur les compétences plutôt que sur le niveau, avec des joueurs qui dépensent des points pour augmenter ces dernières. Nombre de jeux s'inspirent de ce système, comme L5A ou MdT( Légende des 5 anneaux ou Monde des ténèbres). De nouvelles compétences peuvent être apprises, en dehors de leurs premières compétences maîtrisées, mais les PJ doivent y consacrer du temps et de l'expérience pendant le jeu, ce qui rend l'apprentissage très dur. Une grande partie du système est également basé sur la capacité des personnages joueurs à pouvoir se modifier en achetant des implants cyber-technologiques. Ceci peut conduire les joueurs à une perte de leur humanité et/ou de leur identité, puisqu' ils deviennent plus machine que homme .

Cyberpunk 2020 clame haut et fort se jouer dans un univers proche du monde de la rue,  dans le genre des films noirs, mais certains aspects du système de base peut influencer les sessions de jeu vers un univers de haute société, dans un style proche des films d'actions des années 1980. 
 
Bien que chaque joueur doit choisir une classe de personnage ou un «rôle» parmi ceux donnés dans les règles de base , il y a assez de variation dans le système de compétences,  emanière que deux membres d'une même classe, ou rôle, ne se ressemblent pas. Parce que Cyberpunk 2020 est basé sur les compétences , le choix de ces dernières, autour des capacités spéciales spécifiques à chaque classe, permet d'avoir un large éventail de choix de développement du personnage , y compris pour les non-combattants.
 
Le système de combat, appelé Fusillade du Vendredi Soir, souligne la létalité du jeu. Plusieurs pages dans les règles sont consacrées à l'examen entre combat réel et illusoire souvent vu à la télévision. Des tentatives sont faites pour maintenir le combat le plus réaliste possible dans le cadre du jeu. Quel que soit le personnage, une seule balle peut se transformer en une blessure mortelle. Cela encourage les joueurs à un jeu plus tactique, orienté et sournois, qui est conforme à l'éthique rough-and-gritty  du genre Cyberpunk, traduit littéralement par : rude et granuleux . En outre, le montant des dommages qu'un personnage peut subir reste toujours à la même valeur et ceci au détriment du développement du personnage. Pour devenir plus résistant, un personnage peut, soit augmenter physiquement son corps avec la musculation (formée ou implantée), soit se faire des implants cybernétiques, ou encore porter une armure.
 
Le système du jeu se base sur le lancer d'un dé à 10 faces. Afin de réussir une action, on jette le dé et on ajoute à son résultat la valeur d'une compétence, plus la valeur d'un talent et on doit, avec tout ça, dépasser un seuil de difficulté prévue par le meneur de jeu.  Une technique simple, qui tourne bien.  Cependant, le jeu aura une fâcheuse tendance à pousser les joueurs  vers la maxisation de leur personnage et au grobillisme. 
 
MJ ?  je peux m'acheter un hélicoptère de combat ? 
 

Un monde encore plus pourri....
 

Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, Cyberpunk 2020 n'échappera pas à la règle.  Avec la fin de la campagne officielle, viendra ensuite la trosième édition de Cyberpunk, Cyberpunk 203X, ou également appelée Cyberpunk 3.0.  Sortie en  2007, le jeu prend un nouveau tournant avec la fin  de la campagne officiel de Cyberpunk 2020.  L'envie de faire évoluer le monde est manifeste. Cependant en voulant rendre le jeu accessible à tout le monde (en terme de références culturelles, c'est à dire mangas, littératures, films récents), le jeu n'est plus cyber et n'est  plus punk. Le monde est mal décrit, trop rapidement en tout cas, sans aucune profondeur ou explication. C'est une vraie table rase qui est faite, un reboot pour la saga. 

Le nouveau monde, descendant de la campagne Stormfront, voit la disparition quasi-complète du réseau  et un grand bouleversement dans la structure géopolitique du monde.  Apparition des altercultures, sortes de clans idéologiques qui fixent des manières de vivre dans le monde. La matrice n'est plus uniquement électronique mais les programmes se matérialisent  pour attaquer le Netrunner (le Hacker), sous la forme d'agglomérat de nanites dirigée par un script maître : l'animasphère. En bref Windows devient vivant et veut vous bouffer physiquement afin de vous anéantir.

Si le jeu parait un peu brouillon dans sa description, ceci est du à la densité de l’ouvrage et aux nombreuses informations qu’il renferme. Le livre présente pourtant bien, et affiche une belle organisation en proposant une maquette  avec une finition beaucoup plus propre que  Cyberpunk 2020.  Mais ce n’est pas ce que les fans boudent.  En effet, les joueurs sont rebutés par les changements fulgurants qui sont apportés à l’univers, comme la disparition du réseau de la matrice internationale, ou le fractionnement des grosses corporations en de plus petites factions, les Neo-Corp.  La troisième édition fera donc un peu tâche dans la saga Cyberpunk, mais elle trouve son public, un autre type de fans, une nouvelle génération de joueurs. Cependant, elle restera une édition albinos, tant et si bien que nombre de joueurs la considèrent comme une version alternative du futur de Cyberpunk. Par ailleurs, on verra par la suite que Mike Pondsmith réécrira un background  des années  se situant entre 2020 et 2074, en ne tenant aucunement compte de Cyberpunk 3.0, pour écrire le scénario de Cyberpunk 2077.

Le jeu s’éloigne vraiment de l’univers classique cyberpunk et se voit plutôt comme une luxueuse boîte à outils où l’on peut y trouver des éléments mangas, post-apos, hard-sciences et horrifiques. Libre ensuite aux meneurs de jeu, avec un peu de travail, et aux joueurs de personnaliser leur propre support. Les Altercultures, très différentes, illustrent d’ailleurs parfaitement cette diversité (les plus sévères diraient cette carence informative).

 

    

Un jeu qui ne manque pourtant pas de ressources et de bonnes idées...

 

Du papier à la manette....
 

Et voici enfin la nouvelle qui va en faire frissonner plus d’un ! Cyberpunk sera adapté en jeu vidéo. Bien sûr, ce ne sera pas une première, mais ce sera la première depuis bien des années.  Le nom du Projet ?  Cyberpunk 2077. Directement inspiré de Cyberpunk  2020, le projet est aux mains de CDProjekt Red, supervisé par Mike Pondsmith en personne,  l’un des auteurs de Cyberpunk.  Le jeu se voudra open world, sans doute à la manière d’un Morrowind, mais dans un monde complètement futuriste. Nous verrons ce que cela donne. C'est un pari risqué mais qui pourrait faire renaître de ses cendres la licence.  On imagine très bien de gros éditeurs, comme Black book Editions ou bien Edge, acheter les droits et publier un jeu de rôle qui suivrait le jeu vidéo.  Une affaire à suivre donc, mais qui nous apporte un oeil nouveau sur le futur du jeu de rôle papier.  Après tout, Cyberpunk n'est pas le premier jeu de rôle à se voir adapté en jeu vidéo. D&D, Warhammer, Shadowrun et bien d'autres ont eu leurs adaptations. Certains en sont sortis grandis, d'autres amoindris. Mais nous pouvons au moins nous rassurer, car ce sont les parents de The Witcher qui chapotent le tout.  

 

      

Je vous ai à l'oeil....

En tout cas, la culture cyberpunk est en train de revoir le jour, avec la sortie de Shadowrun returns, de Dex mais aussi avec de nombreuses sorties JDR comme Kuro tensei, la V5 de Shadowrun, le supplément d'AmesYa 2k51, ou bien le jeu de rôle COPS.  

 

 

Avec CDprojekt Red au gameplay  et Mike Pondsmith  sur le scénario, on ne peut espérer qu’un second souffle pour Cyberpunk qui mérite vraiment son adaptation et  une bonne grosse remise sur les rails après le « raté » de la V3.0.  Cyberpunk restera pour toute une génération de rôlistes, un modèle du genre et un pilier de ce qu’est le style cyberpunk .  Le destin de la franchise est maintenant entre les mains de CDProjekt Red.  Une réussite commerciale du jeu vidéo  pourrait relancer le jeu de rôle papier de la licence, mais un échec la condamnerait à l'oubli. 

Commentaires (31)

#2

shadowhope
Citoyen

Article très intéressant pour un genre et un future adaptation qui l'est tout autant.
J'espère aussi que ce jeux sera une claque et lancera une nouvelle vague cyberpunk
#3

Jubei
Chevalier

On peut l'espérer. Cyberpunk est excellent jeu de rôle pen & paper et avec CDProjekt red, on ne peut présager que du bon pour cette adaptation.

En tout cas, j'espère que cet article plaira à nombre de membre. C'est notre petit cadeau de noël pour vous ^_^
Joyeux Noël mes chers amis.
#4

Shizam
Grand chevalier

Un article fort bien délayé que je trouve là sous le sapin de noël au petit matin...

Perso, je ne connaissais pas trop l'essence de la licence. J'ai donc appris des trucs toutes les 3 lignes..

C'est toujours un peu dangereux de vouloir faire revivre un mythe, mais comme tu le dis Jubei, il y a quand même du lourd derrière. (Mike & CDpro)

Ça met en haleine tout ça, on souhaite le meilleur possible pour cette alliance et ce projet.
D'autant que l'univers convient bien au genre RPG.

Dans les systèmes de Classes, et dans l'optique de l'aventure, peut-on espérer pouvoir se diriger franchement vers un personnage respectueux de son origine humaine, ou à contrario aller à fond dans le cyber? (en plus du mixage qui sera bien entendu de rigueur)

Message édité pour la dernière fois le : 25/12/2013 à 08:04

#5

Jubei
Chevalier

Et bien concernant " l' augmentation " de personnage, cela se passe un peu comme dans Deux Ex ou bien Shadowrun. A savoir que plus tu cybernétises ton corps, plus ton humanité en paie le prix.

D'ailleurs ce principe d'augmentation de son corps vient de Cyberpunk. Le choix est laissé aux PJs en ce qui concerne leur corps, mais il peut arriver parfois que le Pj n'est pas le choix, si il veut survivre à une blessure mortelle, la cybernétique devient alors une option vitale.

Dans un autre style, on pourrait pensé aussi au film " I, robot " sur le sujet des augmentations cybernétiques et de l'état d'esprit du protagoniste qui est totalement Pro-humain.

Il me semble, d’ailleurs, qu'un des supplément de Cyberpunk traite de ce sujet, avec un scénario approprié. Reste plus qu'à attendre de nouvelles info sur le jeu afin de savoir comment l'équipe vont arranger ce " système d'implants cybernétiques et de perte d'humanité "
#6

redd
Seigneur

Super article, très intéressant.
Merci !
#7

DEXTER987
Garde

"Un endroit où vous n'aimeriez pas vivre. "
Parle pour toi les voitures volent....On peut avoir des bras des yeux robotisé futuriste...même si c'est pourrie ça en jette..

Message édité pour la dernière fois le : 25/12/2013 à 11:01

#8

Lanister
Chevalier

punaise ce qu'il est bon cet article que je trouve sous mon sapin.

Merci, pleins de choses que je ne savais pas....vivement la sortie de ce jeux...

D'ailleurs on en sait plus sur une éventuelle date???

Message édité pour la dernière fois le : 25/12/2013 à 11:24

#9

Jubei
Chevalier

pour l'instant aucune date de prévue, mais on peut espérer une sortie en 2014, sait-on jamais.

Sachant que Mike Pondsmith va écrire tout un historique en reprenant le BG de la licence à partir de 2020 en faisant abstraction de la V3.0. Donc on va avoir le droit à du lourd.

Je suis ravie que cet article vous fasse plaisir. ^_^
#10

Montag
Citoyen

Superbe dossier... dont le thème en relation étroite avec l'autocratie me donne l'opportunité de faire mon grammar nazi. Entre autres :

"un futur tout pourri" et "un cadre d'aventure crée"

Edit : Voilà c'est tout de suite mieux !

Message édité pour la dernière fois le : 25/12/2013 à 12:20

#11

Shizam
Grand chevalier

Mike Pondsmith va écrire tout un historique en reprenant le BG de la licence à partir de 2020


Ah bah on a l'temps alors! Il ne sortira pas avant 2021!

Bon! C'etait mon dernier TROLL de l'année!..
#12

Batman
Grand gobelin

pour l'instant aucune date de prévue, mais on peut espérer une sortie en 2014, sait-on jamais.

The Witcher 3 étant pour 2014, ça serait surprenant, mais une agréable surprise, c'est sûr !

Je m'y intéresserais bien de plus près, mais j'ai déjà Shadowrun que je n'ai pas encore pu testé avec des joueurs... Et puis les bouquins Cyberpunk n'ont plus l'air très facile à trouver !
#13

Lohengrin
Garde royal



Excellent l'article, tant sur la recherche, que sur le commentaire, concernant un sujet qui loin du "No Futur" nous entraines justement hors du médiéval fantastique ou du présent fantasmé mais bien, vers un des aspects du RPG d'un "futur post appo", ou l'homme n'est plus au centre de l'évolution !


Donc félicitation une belle planche & bel ouvrage !!! Mais une question me taraude cependant quand je pense à l'expression "No Futur", pourquoi avoir fait l'impasse après avoir évoqué Hollywood de la Trilogie des "Terminator" qui ont une place au même titre que l'excellentissime Blade Runner(un jeu vidéo était sorti peu après le film, sympas par ailleurs) Total Recall, Demolition Man, Running Man ?...
En tous cas, merci à toi pour l'article, un jour de Noël
#14

Jubei
Chevalier

Parce que si l'expression " No future " s'adapte à Terminator, cette évocation n'est que symboliser dans les films. Elle n'est jamais montré. Elle reste une vague supposition durant toute la saga, à la manière d'un " Si" : Si on détruit pas la puce, y'aura plus de future"

Et puis le No Future est un concept dont le sens à changer en 30 ans.

A la base, le No future apparaît comme un futur où l'humanité entière est écrasé par une élite. un peu comme Warhammer 40k, le 5eme élément, etc. Avec l'arrivé de James Cameron, le No futur prend un second sens et perd alors tout son expression première. Il devient ainsi ce que l'on appel le Post-Apo.

Pour faire simple, le No Future des année 80 avait pour sens : " Une vie au jour le jour, sans se soucier de demain. "

Avec l'arrivé de Terminator, Ghost of Mars et tout ce genre de film, le " No future" prend alors le sens de " Pas de Demain ".

Enfin, le dossier traitant du jdr Cyberpunk et du genre en général, je ne pouvais pas cité Terminator comme référence, même si le film et les écrits sont tirés de ce genre. Terminator va appartenir à un autre genre, qui est tiré du cyberpunk, mais qui va suivre une autre évolution. Le post Apo. On retrouvera d'aillerus différentes oeuvre qui suivront cette évolution, Fallout, Ken le Survivant, Stalker (le roman et le film, suivi du jeu), Je suis une légende ( la nouvelle) etc...

Enfin un troisième courant verra également le jour après le genre cyberpunk, que l'on nommera le rétro-future mais qui prendra ensuite le nom de Steampunk.
Mais ne vous inquiétez pas, si tout cela vous intéresse, on fera d'autres dossiers sur les sujets.
#15

Shizam
Grand chevalier

On avait déjà débattu un peu de tout ça. Certainement dans le fil d'un jeu. (Dishonored ou Resonance of Fate pour le Steampunk peut-etre..?)
Effectivement, ces 3 "genres" peuvent se croiser entre eux, ou etre clairement distincts.


On fera inévitablement les jonctions, d'autant que les studios semblent aussi intéressés par le sujet.
La Fantaisie Fantastique n'est semble t-il pas encore à bout de souffle, mais d'autres univers sont aussi les bienvenus.

Message édité pour la dernière fois le : 25/12/2013 à 14:37

#16

flofrost
Grand chevalier

En tout cas, j'espère que cet article plaira à nombre de membre. C'est notre petit cadeau de noël pour vous ^_^
Mouais, j'avais demandé une Lamborghini moi...
#17

Shizam
Grand chevalier

#18

Lanister
Chevalier

@Jubei, si ya un truc qui m'a marqué dans le teaser de cybepunk version cd project, c'est la fin quand on aperçoit deux des protagonistes qui ont un occulus rift qui les connecte à une réalité virtuelle....un peu à la Matrix.

Or on sait que l'univers cyberpunk est fortement imprégné par ce contexte mi réel-mi virtuel, mi homme-mi robot, mi société réelle-mi matrice universelle.

Crois tu que le jeux de Cd project donnera à ce sujet l'importance qu'il a dans l'univers de cyberpunk originel?....les hackers, la réalité virtuelle, la matrice, etc...


Moi je l’espère....J'espere que ce jeux sera à la mi chemin entre Blade Runner Total Recall et Matrix....

ps : je dis ça parce que je pense que Matrix mérite une suite et un rpg digne de ce nom.

Message édité pour la dernière fois le : 25/12/2013 à 18:44

#19

Shizam
Grand chevalier

Il me semble que Matrix mise surtout sur l'aspect psychologique de la rencontre entre le soit disant réel, qui est en fait virtuel ( le monde que l'ont connait est en fait programmé et contrôlé).
Et le monde soit disant virtuel, qui s'avère etre le réel (le contrôleur)

Les combats et les armes (améliorations) sont en fait secondaire dans Matrix. Ils servent surtout à remplir, et à donner du ryhtme et de l'action.

Dans un Terminator ou dans un Blade Runner, ont est plus dans le coté Cyber -Technologie "physiquement" mis en avant.

Enfin je crois...

Message édité pour la dernière fois le : 25/12/2013 à 18:56

#20

Lohengrin
Garde royal



De Ghost of Mars à Je suis une légende et le Livre d'Eli bien sûr aussi sûr que la Countach par rapport à la F430 ... je suis entièrement d'accord avec ça, surtout au niveau de la carrosserie :



on fera d'autres dossiers sur les sujets


En revanche pour le Cyberpunk et en plus précisément celui de CD project Cyberpunk 2077,
Preneur je suis, même à Six Feet Under et qu'a mon corps défendant je participe à The Walking Dead


P.S. à propos du post suivant

Matrix navré j'ai aimé un temps l'œuvre, en fait les films, des frères(sœur très récemment) Wachowski mais de la à y jouer !

En revanche l'irruption du futur c'est pratiquement demain, peut être en même temps que la sortie de Cyberpunk 2077 (c-a-d de fin 2014 à 2016) que vous pourrez caresser votre écran PC ou Smartphone avec plaisir enfin si j'ose dire, et qu'elle vous répondra !
Et Microsoft qui a conçu cette IA(...) fait qu'elle s'adaptera à vous et qu'elle a le doux nom de "Cortana" tout droit sorti du jeu propriétaire Halo :

Message édité pour la dernière fois le : 25/12/2013 à 22:21

#21

Jubei
Chevalier

@Lanister : Alors, concernant mon avis, et je précise que cela ne vaut que pour moi ^^
Je pense que CDProjeckt va nous pondre un truc grandiose, avec le moteur graphique de The Witcher. Sachant ce que donne déjà cette licence graphiquement, je pense que CDProjekt va nous faire quelque chose de bien propre avec des "Point" d'accès à la matrice où l'on va se retrouver dans un univers à la Tron.

Concernant le teaser, ce ne sont pas exactement des Occulus Rift ^_^. Ces casques sont, dans le jdr, des accessoires cybernétiques permettant d’accroître l'acuité visuels et qui sont relié directement à un bras cybernétique, permettant une visée beaucoup plus précise lors des tirs. D'aillerus si tu regardes bien la joue gauche de la demoiselle ( sur l'image à droite) elle a cette éraflure de balle qu'elle a subit lors de la fusillade. Elle a donc été recruté au sein des forces de l'ordre ou d'une milice corporationniste.

Enfin concernant Matrix, un jdr pour matrix ? Pourquoi pas.. mais le système serait beaucoup trop complexe à mettre en place car les lois qui régit la matrice et le monde réelle sont totalement différentes et il faudrait donc deux systèmes de jeux différents, ce qui rend la tâche absolument trop ardue. Pour donner un exemple, quand Néo se bat contre Smith, on aurait un système de jeu qui ressemblerait à Feng-Shui jdr, avec des mecs qui courent sur les balles etc... Mais dans la réalité de Matrix, on serait dans un système très proche de Cyberpunk, avec une létalité très forte.

L'univers de Matrix est intéressant et mérite un réel développement, mais de là à en faire une suite je ne suis pas d'accord. Pourquoi ? Tout simplement parce que, pour ne pas se prendre la tête et ne pas laisser de porte ouverte, les scénaristes/ réalisateurs, ont construit l'intrigue finale en expliquant que c'est une boucle infini, où les machines gagnent sans cessent et où la rébellion recommence avec l'apparition de l'élu, un programme rebelle qui se transfert dans un corps humain sans âme et conscience. La boucle est bouclé et l'intérêt d'une suite ne serait pas intéressante en l'état actuelle de la trilogie. On sait qu'une guerre entre humain et machine finira par éclater de toute évidence et que la boucle recommencera, puisque le dieu machine laisse une centaine de survivants qui rebâtiront une nouvelle Sion etc. etc.

Après pour un jdr Matrix, je suis pour, mais il faudrait alors que les deux frères ( dont je ne me souviens plus du nom) acceptent de vendre les droits d'adaptation et de réécriture de l'histoire afin que l'on est un futur potentiellement viable pour les humains. La réécriture d'une telle oeuvre est très complexe car tout est monté sur des bases assez peu solides au final. ( Oui il y a dans Matrix de grosses incohérences scénaristiques malgré le fait que ce soit un excellent film). C'est l'effet Terminator : C'est le mec qui est envoyé dans le passé par son fils afin qu'il devienne son père.... Tu vois le truc ?
Pourquoi les machines laissent-elles des humains en vie, si les simples cultures de "proto-humains" leur suffissent à subsister ? Déjà rien que le début est bancale... c'est un choix scénaristique louable, qui nous permet de profiter de la trilogie, mais en soit, ça ne tient pas la route.

Bref il faudrait une réécriture de la ligne temporel scénaristique de The Matrix si on veut pouvoir construire quelque chose de vraiment bien et de cohérent.

Après comme le dit si bien Shizam, Matrix est surtout une film qui pose des questions philosophiques complexes sur la perception de différents concepts, comme : Qu'est-ce que le réel ? Qu'est-ce que l'humanité ? Une appartenance ? Un genre ? Qu'est-ce qui différencie l'homme de la machine ? . On suit un cheminement de pensée, de prise de conscience et de positions au travers des différents protagonistes. D’ailleurs la scène qui me vient directement à l'esprit est celle du dîner avec le Mérovingien qui est tout simplement une des scènes les plus cultes du moments. On distingue nettement deux écoles de pensées philosophique qui s'affrontent, dont l'une est purement cartésienne avec la relation de cause à effet. Et pour le coup, on retombe dans un contexte mixant Deux Ex et Ghost in the Shell.

Enfin pour terminer, je pense qu'il existe suffisamment de possibilité entre Cyberpunk, et ses nombreux suppléments, et Shadowrun pour avoir des sensations proches de The Matrix. Après tout, rien n'empêche un Mj de modeler la matrice comme il l'entend et l'alter-réalité du réseau peut avoir de nombreuses formes.

Je ne prendrais pour seul exemple que : Ghost in the Shell 2 où l'on découvre qu'un hacker est capable de pirater le Cerveau humain pour leur insuffler des "rêves" artificiel, proche de ce que l'on peut avoir dans The Matrix.

^_^


Enfin tout cela pour dire que les écrans de chargements c'est le BIEN, pour créer une interface entre deux monde différent, et je pense que c'est ce qui nous attendra dans Cyberpunk 2077. Et le Cyber-espace sera de la partie à n'en pas douter, puisque Pondsmith est derrière la ligne scénaristique. Cyberpunk sans Matrice, c'est comme Mickey sans ses oreilles ;)

Message édité pour la dernière fois le : 25/12/2013 à 20:39

#22

Shizam
Grand chevalier

Il y a aussi l'aspect "point de vue" qu'il sera bon de savoir plus tard dans ce Cyberpunk CDprojeck.

Dans The Witcher, Géralt est 'central'. Le monde se découvre autour de lui.
Dans un RPG plus classique, c'est le monde qui est important, le héros fait ce qu'il peut pour l'affronter avec ses moyens.

A la base, dans Cyberpunk, on peut penser que le monde sera 'Prime', et que le personnage 'héros' devra se débattre dans tout ça. Car oui, la Matrice , ou ce que les développeurs auront choisi comme étant le cœur du jeu, sera certainement le noyau dur du jeu.

Sauf que, CDpro inside, ils peuvent nous refaire le coup du héros essentiel, autour duquel tourne le monde, avec ou sans personnages imposé comme dans TW.

Malgré tout, je vois plutôt la matrice comme le pilier du jeu, où le héros sera un aventurier comme les autres, juste un peu plus puissant, jeu vidéo oblige.
#23

Tiphereth
Noble

Chouette article, même si je pense que l’importance du jeu dans l’évolution du mouvement cyberpunk est totalement surévaluée (c'est la passion qui parle ^^). D’ailleurs, je me sens même obligé de rectifier ceci :

Le jeu fera ses galons, trouvera son public et ses fans, si bien que le courant cyberpunk prendra une proportion hors du commun, touchant même les studios d' Hollywood avec des films comme Blade Runner,


Blade Runner est sorti environ 6 ans AVANT la première édition de Cyberpunk (et Running Man un an avant, sans parler du roman). S’il y a eu influence, elle s’est donc forcément faite dans l’autre sens.

D’ailleurs ce film (Blade Runner) est à mon avis le truc, bien loin devant le jeu de rôle, ayant le plus profondément influencé le cyberpunk. Ce n’est pas pour rien que CDProjekt RED a dû se fendre d’un communiqué pour annoncer que leur jeu serait très différent de Blade Runner. Le film a une influence culturelle tellement énorme que même en adaptant une autre licence du cyberpunk, le risque de copier Blade Runner est toujours là.

Si on consulte divers avis sur le sujet, on trouve toujours des références aux habituels Blade Runner, Ghost in the Shell et autres Neuromancer, mais rarement au jeu de rôle Cyberpunk. Ca veut pas dire que ce jeu n’est pas un classique du genre hein, ça veut juste dire qu’il ne l’est pas pour une immense majorité de personnes (c'est malheureusement normal en même temps, c'est du jeu de rôle papier).

Sinon, je crois que le plus grand tort de la dernière édition de Cyberpunk, c’est d’être la dernière édition de Cyberpunk, justement. Car ce n’est plus vraiment Cyberpunk. Mais en tant que nouvel univers, je trouve le bouquin assez intéressant et les factions très rigolotes.

« on vera par la suite que Mike Pondsmith »


Petite faute sur « verra » (d’ailleurs il y a aussi des « espace » doubles bizarres dans cette phrase.)

Bien sûr ce ne sera pas une première, mais ce sera la première depuis bien année

.

> > > Depuis bien des années

Sinon, des espaces bizarres dans l’encadré de la conclusion également. : )

Dans un autre style, on pourrait pensé aussi au film " I, robot " sur le sujet des augmentations cybernétiques et de l'état d'esprit du protagoniste qui est totalement Pro-humain.


Ce film n’existe pas voyons. : )

Message édité pour la dernière fois le : 26/12/2013 à 06:54

#24

Jubei
Chevalier

@Tiphereth :

^^ Je crois que je me suis mal exprimé dans ma phrase sur Hollywood. Je parlais du courant cyberpunk qui avait influencé Hollywood et non pas le JdR. Mais étant donné que je parle du jeu avant, et ayant mis une virgule, cela prêtait à confusion effectivement.

J'ai modifié cela pour plus de clarté. Le cyberpunk est une culture principalement développé grâce aux support Romans et Cinéma. Le jeu de rôle n'a au final que peu influencé cette culture, mais si on se restreint à la simple populace de gamers, tous s'accorderont pour dire que cyberpunk est le pilier du genre dans le mon RPG pen & paper.

Concernant la dernière édition de cyberpunk, nous sommes d'accords. ce n'est plus cyberpunk. Il faut la prendre comme un nouveau jeu de rôle ou bien une adaptation de la franchise avec un futur possible.

Concernant les fautes, veuillez m'excuser. J'essaie de les traquer sans relâche, mais aucune correction n'a été apporter à l'article avant sa publication. Nous étions en période de vacances et donc les correcteurs avaient sans doute d'autres priorités. ^_^
#25

Shizam
Grand chevalier

Merci pour l'appoint Tiph !

Effectivement, le jeu de rôle sur table n'est qu'une petite souris à coté du roman et du cinéma.
Le jeu vidéo à un peu plus de consistance, mais dés lors que l'ont entre dans un genre particulier , on se retire encore de la place centrale. (univers geek/ jeu de niche/ culture underground/..)

Je pense que Jubei avait l'intention de parler de joueur à joueur dans son article (voir de rôliste à rôliste), donc logiquement l'aspect Cyberpunk à été volontairement un peu surévalué, histoire de donner de la couleur, de l’embonpoint, du relief.

Roh!! Tiph ! Un grand garçon comme toi !
Pour ce qui est de l'orthographe ou de la mise en forme, tu aurais pu la faire discretos par MP nan!?
Petit canaillou !


Ce film n’existe pas voyons. : )

J'adore ce sens de l'humour !..

A propos des 'genres':
Cyberpunk
Steampunk
Post Apo

Il serait peut-etre intéressant pour RPGFrance de rajouter un salon au forum, dédiés plus particulièrement à ces 3 catégories, qui comme nous l'avons évoqué peuvent etre dissociés , ou associés (confondus/entrelacés/.)

Cela pourrait permettre, à l'intérieur de nos débats d'idées, de comparaisons de jeux, ou autre, de ne pas perdre certaines interventions, certains points de vue sur le sujet, éparpillés dans le fin fond du forum.

Enfin ! C'est juste une idée quoi...

Message édité pour la dernière fois le : 26/12/2013 à 11:28





Voir tous