Lundi 22 Avril 2019, 08:27     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Les lundis de l'oldie #5 - Aleshar : World of Ice

par skoeldpadda 26 Aoû 2013 18:16 1

Nous sommes lundi, il est 18h, et je viens de trouver LE jeu inconnu qui tue, le vrai Skyrim originel, un jeu du froid et de la survie, un RPG épique et intimiste à la fois, une aventure au bout de l'aventure. La joie vidéoludique en 320x240 pixels.

Ce jeu, c'est Aleshar: World of Ice, RPG finlandais confidentiel et anglophone sorti en 1997 sous MS-DOS (oui, du DOS en 1997, ça se faisait encore souvent) par une boite au nom providenciel d'Hypothermia. De quoi mettre dans le bain dès les écrans d'introduction.





L'écran titre est aussi joli qu'illisible, l'écran de jeu aussi pixelisé qu'efficace.
 

Personne ne sera étonné d'apprendre qu'il s'agit d'un dérivé de roguelike, affranchi des murs et des tours pour offrir l'expérience survivaliste la plus libre qui soit. Les écrans de création du personnage sont entièrement textuels et rappellent ceux du premier clone d'Angband venu, mais une fois en jeu.... Grands Dieux.
Laissez tourner l'intro, pour voir. Si le dessin laisse deviner le semi-amateurisme du projet, il ouvre néanmoins les portes d'un univers froid et mordant, où la magie revêt surtout une apparence religieuse et où les Géants de glace sont légion. C'est à une pure légende Viking, faite de tripes et de sang, qu'on vous propose de jouer.





L'intro, passé ce plan contemplatif, vire au bain de sang. A droite, la feuille personnage.
 

Le gameplay n'est pas sorcier, reposant sur des actions "lettrées" conventionnelles, avec A pour Attack et I pour Inventory, mais les premiers pas restent néanmoins fort peu assurés. La raison pourrait être la multiplication hasardeuse des angles de vues, occasionnant autant de changement du mode de déplacement. Sur la carte, aucun soucis, on bouge dans un environnement isométrique éthéré, découvrant l'environnement petit à petit jusqu'à une rencontre aléatoire. Là, qu'il s'agisse de la découverte de donjons ou d'un combat, la vue se fait totalement aérienne et prend des allures de shooter. La flèche avant fera avancer le personnage droit devant lui, quelle que soit son orientation. Il faut un peu de temps avant de jongler correctement entre les deux modes (d'autant que l'un comme l'autre fonctionnent case par case) mais on s'y fait.
Le coeur de jeu n'est pas là, de toute façon, mais dans la création de personnage. Des dizaines de stats et skills sont à disposition, toutes évidemment orientées survie dans un monde de glace, et se faire un héros correct demandera du temps. Négligez des compétences comme la chasse et vous récupèrerez trop peu de nourriture sur vos proies. Ayez un niveau de survie trop bas et vous ne tiendrez pas longtemps sous le vent polaire. Tout est évidemment question de dosage et d'apprentissage, l'expérience grimpant à l'usage. Il vous sera également possible de consulter des entraîneurs rencontrés au hasard de vos explorations.

Détail inutile mais drôlatique au possible, tombé dans différentes embuscades goblines, je fut souvent accueilli par la phrase "Goblin warrior wields his dirk." Etienne, celle-là est pour toi.





Ne vous laissez pas surprendre par la nuit, trouvez un abri.
 

Libre depuis l'aube du nouveau millénaire, Aleshar se télécharge pour 2,50Mo (une paille!) et est de ces jeux qui complètent élégamment votre collection DOSbox. Le faire fonctionner n'est pas sorcier mais, l'émulation n'étant pas non plus au top, il se pourra qu'il bugge avec une configuration VESA et une Gravis Ultrasound. Choisissez une bonne vieille Soundblaster en VGA et vous n'aurez aucun soucis, en plus de pouvoir profiter de musiques que n'auraient pas renié les demomakers Amiga.

Aleshar est bon, très bon, trop bon. Je dois y retourner. Les méandres du DOS ont encore frappé. Je suis amoureux.



Commentaire (1)

#2

Chinaski
Grand chevalier

Belles musiques !

C'est clair qu'il y a des dirk partout :
Hatis drive is dirk in snow's Giant's eyes. Hum...




Voir tous