Samedi 20 Avril 2019, 04:55     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Les lundis de l'oldie #2 - Anvil of Dawn

par skoeldpadda 10 Juin 2013 08:39 20

Entre dnd, Rogue, Wizardry ou Dungeon Master, difficile de savoir où commence réellement la grande histoire du dungeon crawler. Selon la définition qu'on en a, elle remonte aux origines du jeu de rôle sur ordinateurs, peut se jouer à la première ou à la troisième personne, au tour par tour ou en temps réel, en équipe ou en solitaire... En revanche, il y a une chose que l'on sait, c'est où et comment elle se termine : avec un grand jeu, une enclume et une nouvelle aube...

 

Évidemment, je prends là un terrible raccourci, mais n'empêche. Anvil of Dawn est considéré comme le dernier grand dungeon crawler de la grande époque des dungeon crawlers, ceux des années 90, tels que définis par Dungeon Master.

Le principe de la visite de donjons est vieux comme le jeu de rôle, et pour cause : au sens strict, le dungeon crawler par excellence, c'est tout simplement Donjons et Dragons. Les premiers RPG sur ordinateurs ne s'y sont d'ailleurs pas trompés et en ont repris, point par point, toutes les particularités, jusqu'au calcul de jets de dés. Là où Dungeon Master changea la donne, c'est en redéfinissant tout un pan du gameplay des jeux de rôle en les centrant sur l'action. En effet, à sa sortie (en 1987, six ans après Wizardry), 100% des RPG utilisaient un système de combats au tour par tour voire des déplacements au tour par tour. Ultima, Might and Magic, Bard's Tale. Tous. Dungeon Master, lui, était en temps réel, et ça changeait tout. Les déplacements se faisaient toujours case par case mais il ne s'agissait plus de se déplacer vers un adversaire statique pour lui mettre un coup d'épée ou, comme c'était bien plus communément le cas, de rencontres aléatoires totalement séparées de la phase d'exploration. Il fallait maintenant être extrêmement mobile, assez pour éviter les coups et frapper en retour. Mieux encore, Dungeon Master plaçait quelques runes à l'écran sur lesquelles il fallait cliquer pour envoyer ses sorts, nécessitant un apprentissage bien plus participatif de la part du joueur. Les énigmes recevaient également une dose de ce traitement actif et devenaient des puzzles à base de clés et de mécanismes cachés pour ouvrir des portes et désactiver des pièges. Tout le gameplay était tourné vers un seul objectif : avancer. Dans Dungeon Master, l'immobilité, c'est la mort. Toutes ces évolutions donnèrent naissance à un véritable sous-genre du jeu de rôle qu'on nomma, à rebours, LE dungeon crawler.

De nombreux éditeurs et développeurs s'engouffrèrent dans la brèche et les joueurs virent fleurir les Abandoned Places, Captive, Bloodwych, Eye of the Beholder ou encore The Legacy et son univers Lovecraftien. Même les roguelikes tentèrent le coup avec Dungeon Hack. Oh, des jeux de rôle plus conventionnels continuèrent de voir le jour, mais même là, beaucoup adoptèrent le schéma "temps réel case par case" de Dungeon Master. Citons Ishar, par exemple.

 

Pendant cinq ans, entre 1987 et 1992, le dungeon crawler tel que défini par Dungeon Master règnera en maître sur le petit monde du jeu de rôle. En 1992, deux jeux issus d'une même série mirent un terme à cette hégémonie : Ultima VII et, surtout, son spin-off Ultima Underworld. Ils furent les premiers jeux de rôles à grand succès totalement en temps réel, sans cases, sans restrictions de déplacement autres que les murs des maisons et des donjons. La suite, c'est Elder Scrolls, Baldur's Gate, The Witcher... Pour autant, la fin du dungeon crawler n'arriva pas brusquement au lendemain d'Ultima VII et nombreux encore furent les développeurs à s'y essayer et à s'y perfectionner. Chassés de la licence Eye of the Beholder, les Anglais de Westwood sortirent Lands of Lore en 1993. Dungeon Master II attendra 1995 pour atteindre l'occident (il était sorti en 1993 au Japon). Et, bien entendu, il y eut Anvil of Dawn.




 

Sorti en octobre 1995 aux Etats-Unis, début 1996 en Europe, Anvil of Dawn n'est évidemment pas, stricto-sensu, le dernier du genre (et l'est encore moins depuis le revival de ces dernières années). Il est en revanche largement considéré comme le dernier "classique," le dernier à respecter au pixel près la formule de Dungeon Master. Plus subversivement, beaucoup le voient surtout comme le dernier "bon" dungeon crawler des années 90, le chant du cygne d'un sous-genre destiné à disparaître avec l'arrivée des Elder Scrolls et des Doom-like (oui, ça paraît aberrant aujourd'hui, mais à une époque, on a voulu classer Wolfenstein et Doom comme des jeux de rôle. Ca a donné lieu à des hybrides étranges comme Witchaven). Si Anvil of Dawn est effectivement excellent, il faut dire qu'il est sorti au bon moment. Non content d'être un des derniers dinosaures, il fut largement réévalué à l'aune de la sortie de Stonekeep en novembre 1995, un petit mois après lui. Stonekeep, c'était l'une des grandes arlésiennes de l'époque. On en parlait depuis 1990, le développement avait semble-t-il commencé en 1989, il devait sortir en 1991, et il était révolutionnaire. Pensez bien : graphismes digitalisés, cutscenes en Full Motion Video, entièrement doublé, la totale de ce que permettait la technologie CD au début des nineties. Et puis le soufflé retomba, après des milliards de démo tournantes (comprendre "vidéos de gameplay") envoyées à la presse, le jeu sortit finalement avec des graphismes effroyablement ternes, datés et flous, des pixels à outrance, un gameplay lourd et pataud, une histoire peu engageante... On lui donna bien sa chance, vu son développement à tiroir, et on lui concéda également de nombreuses qualités, mais la déception n'en demeurait pas moins grande.
Aussi, on ressortit un outsider de sa manche. Anvil of Dawn avait fait forte impression dans la presse, il état beau, superbement animé (il faut voir les gardes mourir en s'embrasant d'une flamme verdâtre pour laisser un squelette calciné s'effondrer au sol) et, surtout, hyper nerveux et facile à jouer. L'exact opposé de Stonekeep. La presse en dit plein de bonnes choses et plusieurs magazines américains en firent même le RPG de l'année 1996 (un classement effectué en janvier d'après les sorties de l'année précédente).

 

Vous me direz : Skoeld, c'est bien gentil toutes tes histoires, mais concrètement, il propose quoi de si génial, cet Anvil of Dawn ?

Eh bien beaucoup de choses, chers lecteurs, mais strictement rien de neuf. C'est d'ailleurs, aussi paradoxal que cela puisse paraître, là que se situe sa grande force. Réalisé par Dreamforge Intertainment, un studio dont on retient rarement le nom mais loin d'être manchot et qui n'en était pas à son coup d'essai (on leur doit, entre autres, Dungeon Hack, les Ravenloft et Menzoberranzan), Anvil of Dawn repose sur des bases solides qu'il ne cherche pas à réinventer mais exploite à merveille.

 


Dès qu'on lance le jeu, on sait où on est et où on va. Une belle intro en images de synthèse de la première moitié des 90's, une musique épique et une histoire d'artéfact à aller chercher au fin fond d'un donjon, habilement habillé par une mythologie heroic fantasy barbare et sanglante.

"Le monde de Tempest est envahi par un seigneur de guerre devenu surpuissant grâce au cadeau d'un dieu maléfique. Les forces du bien sont balayées ; leur dernier espoir réside dans cinq aventuriers envoyés à la recherche de l'objet qui confère son invincibilité à leur ennemi."

Là. C'est tout pour le plot. Basta. Dans les faits, vous aurez, après avoir choisi l'un de ces cinq personnages (le jeu n'est pas party-based, ce qui est assez rare chez les rejetons de Dungeon Master), à réunir les éléments qui vous permettront de construire un coffre magique qui permettra de transporter l'artéfact maléfique jusqu'à l'endroit où les dieux ont forgé le monde, la fameuse "Enclume de l'Aube," puis de le détruire.
Traduit en terme de gameplay, ça veut dire que vous aurez à vous farcir plusieurs donjons, ce qui n'est pas un mal dans un jeu où le dungeon crawling est aussi basique que grisant. Quel que soit le personnage choisi, vous êtes fort et vous tranchez à travers des hordes de monstres plus ou moins funky avec une aisance déconcertante. Non que le jeu soit facile, attention, mais son système de combat est avant tout pensé pour être fun et immédiat. Et puis les ennemis ont tous des animations de mort assez impressionnantes, des gardes à combustion spontanée que j'évoquais plus haut aux espèces de beholders qu'on croise plus tard dans le jeu.
Au rayon des agréables attentions, on notera plusieurs fins, des dialogues à choix multiples, du loot à foison, de l'expérience qui monte à la pratique (un format que connaissent bien les habitués d'Elder Scrolls) et de vraies possibilités de build avec des magies à apprendre et des compétences physiques pas piquées des hannetons. A ce sujet et à l'image d'un Wizardry, il n'est possible de faire progresser son personnage qu'en dehors des donjons, ce qui rend la traversée de certains d'entre eux assez stratégique (il n'y a pas d'autolevelling des monstres et vous aurez parfois à vous y reprendre à deux ou trois fois avant de passer).

Question dungeon crawler, on en a pour son argent, mais la vraie qualité d'Anvil of Dawn, ce qui en fait un des fleurons du genre, c'est sa réalisation.
Le jeu est superbe, présenté dans un 640x480 SVGA (256 couleurs) à faire pleurer les toutes jeunes cartes Voodoo et leur 3D balbutiante. L'animation est l'une des plus fines qu'il eut été possible de voire dans un jeu vidéo à l'époque et tout ça est affiché le plus grand possible, avec un HUD réduit au maximum et un champ de vision extra large. Anvil of Dawn est une ode à la 2D et au pixel, au point qu'encore aujourd'hui, je le considère (et je ne suis pas le seul) comme l'un des plus beaux RPG jamais sortis. Carrément. On y trouve même, lors des passages en extérieur, de ces transitions précalculées qu'affectionnent les jeux d'aventure à la première personne tels que Myst. Ce jeu est beau, je vous dit.

La cerise sur ce gâteau technique, c'est que tout est mis au service du joueur. De l'affichage élargi par la réduction du HUD à de petits détails qu'on penserait insignifiants comme l'automap. Celle d'Anvil of Dawn est l'une des plus détaillées que les RPG de l'époque nous aient offerts, avec des indications à foison et, surtout, une lisibilité hors pair (encore une fois, merci à l'affichage XXL).

 


Anvil of Dawn serait donc le dungeon crawler parfait ? Peut-être, pourquoi pas, allez savoir. Ce qu'il est, assurément, c'est l'aboutissement technique d'une formule alors vieille de sept ans - une éternité en informatique -, portée par les dernières évolutions technologique de son support.

Effacé par les années et les évolutions du RPG, longtemps un abandonware de luxe, Anvil of Dawn est aujourd'hui disponible sur GoG pour, à la vue de ce qu'il propose, ce qui me semble une bouchée de pain. Un glorieux ancêtre, mes enfants, de la Conanerie numérique grand luxe, pleine de poussière et de cool. Le genre de jeu qui vous donne envie de partir à l'aventure avec un heaume en fer et une épée de bronze. Ou, à défaut, d'enfiler un blouson en cuir, de poser un fedora troué sur votre tête et de partir explorer les merveilles de l'ancien temps vidéoludique, une torche à la main, une souris dans l'autre.
 


 

PS: Ça y est, j'ai trouvé un défaut : sa localisation. Anvil of Dawn ne fut jamais traduit en français ni dans aucune autre langue que l'anglais.

Commentaires (20)

#2

elButor
Noble

Dungeon Master est plein de souvenirs pour moi, de longues parties la nuit avec les cousins, les potes et même au bahut ou j'étais interne, on se retrouvait le soir avec un pote et mon prof de dessin qui avait les clés de la salle info pour tenter de passer le niveau 2. A l'époque je l'avoue ma seule version était craquée sur ST et au bout d'une heure de jeu ou un peu plus... (le temps de passer le premier niveau) l'équipe mourait d'un seul coup 4 têtes de morts et un cri effroyable.
Jamais test Anvil of Dawn mais ça a l'air d'envoyer du lourd avec cette interface animée et l'épée visible a la daggerfall. Stonekeep fut aussi une arlesienne pour moi j'y avais joué fugacement chez un pote juste le temps de me dire Ouah! trop classe le jeu, genre Dungeon Master en film...
Merci Skoel pour l'article.

Message édité pour la dernière fois le : 10/06/2013 à 09:24

#3

ShanouX
Villageois

Search in your spirit and then you'll be a True fighter !

En effet un monument du Dungeon Crawler. Gargantuesque. Jamais réussit à le finir mais j'en garde toujours un aussi bon souvenir.

Un défaut tout de même la surmultiplication des objets de quêtes ... On se retrouve avec un nombre hallucinants d'objets et l'inventaire devient vite un méga foutoir. On finit vite par s'embrouiller.

Hormis cela c'est dantesque de part les environnements si divers (il y a même un passage sous marin qui rend ma foi fort bien) et le colossal bestiaire.

Un must have pour les fans du genre (même encore aujourd'hui). Un remake HD avec le moteur de "Legend of Grimrock" et je $ tout de suite !
#4

mophentos
Paladin

houlallalal c'est tellement vieux qu'il ne m'en reste plus que vague souvenir
#5

PHC2908
Citoyen

Qu'est ce que j'ai pu bourlinguer sur Dungeon Master puis Chaos Strikes Back sur mon Atari ST. Et quand je pense que ça tenait sur une disquette 360Ko...

Je lai parcouru en long en large et en travers jusqu'à ne le faire qu'avec un seul perso et en flinguant absolument TOUT alors que ce n'était pas nécessaire.

Que de souvenir mais cela ne me rajeunit pas... snif !
#6

redd
Seigneur

Jolie rétrospective.

Je n'ai connu Dungeon Master que sur le tard, c'est à dire après les Eye of the Beholder, car avant ça, je ne connaissais pas vraiment les jeux de rôle sur ordinateur.
Sur mon atari, je ne jouais qu'à des jeux d'aventure. Ce n'est que sur PC que j'ai commencé les RPG (+ tard, en 1992-1993).

Message édité pour la dernière fois le : 10/06/2013 à 11:20

#7

Lohengrin
Garde royal

Nan pas joué, et je le regrette, après la lecture de cet excellent article, en revanche la larme au coin de l'œil je me souviens de StoneKeep: (Là pas d'accord, avec l'auteur, il n'était peut-être pas complétement abouti, mais le plaisir d'y jouer était plus que présent! Il est vrai que j'avais le nec de l'époque en carte graphique: Matrox millénium boosté, la mémoire était aussi élevée que ma carte).

Finalement grâce à lui, ce fut la rencontre quasiment amoureuse(un coup de foudre) avec Interplay "un jeu de gamers conçu par des gamers" et par extension Fallout puis baldur's ... Fallout 2 ... Baldur's ..., ...., Icewind ..., Neverwinter etc ... !!! depuis le virus ne m'a plus jamais quitté malgré des traitements de chocs et des tentatives dramatiques de sevrages sévères.
#8

Munshine421
Garde royal

J'ai découvert Wizardy sur apple 2e puis ensuite Dungeon Master et Ishar sur atari st mais malheureusement je n'ai jamais accroché au genre Dungeon Crawler.
#9

skoeldpadda
Seigneur

en revanche la larme au coin de l'œil je me souviens de StoneKeep: (Là pas d'accord, avec l'auteur, il n'était peut-être pas complétement abouti, mais le plaisir d'y jouer était plus que présent!

Note que je n'ai jamais donné mon avis sur Stonekeep et encore moins prétendu de quelque façon que ce soit que le jeu était mauvais. J'ai pris grand soin de nuancer la plutôt froide réception du jeu par la presse (je répète : par la presse) qui l'avait trouvé terriblement daté du fait d'une technologie de digitalisation mal maîtrisée (il faut bien avouer que les environnements étaient tristes et sombres et que certains personnages étaient d'infâmes amas de pixels inidentifiables, un défaut qu'on retrouve sur absolument tous les jeux utilisant cette technologie, Blade Runner par exemple). Le gameplay n'avait gêné personne, bien au contraire, et Stonekeep fut loin d'être décrit comme un mauvais jeu. C'est simplement que sa réalisation avait pris un coup dans l'aile à cause d'une sortie en retard de plus de quatre ans et que, de fait, il n'avait strictement aucune chance de combler les attentes, ce qui a poussé à réévaluer Anvil of Dawn à la hausse.
Un autre détail que j'évoque rapidement, c'est le nombre incroyable de vidéos que la presse avait reçu (la presse anglophone -et surtout américaine-, s'entend). A la fin, la plupart des magazines en avait simplement marre de voir des images d'un jeu qui semblait ne jamais vouloir sortir et, surtout, ne pas évoluer malgré son incroyable retard.

Quand Stonekeep est sorti, les articles qui lui furent dédiés témoignaient de la frustration que le jeu avait généré au fil des années bien plus que d'une supposée mauvaise qualité du produit. Malgré la déception, il est d'ailleurs très loin d'avoir récolté de mauvaises notes. Le public l'a également plutôt bien reçu et il fut même nommé aux RPG de l'année lors du reader's choice de Computer Gaming World.

Ne lisez pas ce que je n'écris pas. Jamais mon sentiment sur le jeu (que j'aime bien, soit dit en passant) n'est exprimé dans cet article, je ne fais que retranscrire les appréciations que j'ai lues, après un facile googlage, sur le jeu au moment de sa sortie. Encore une fois, Stonekeep n'est pas le sujet de l'article, je ne fait qu'exposer des faits pour en illustrer d'autres. En l'occurrence, la relative déconvenue de Stonekeep est un des éléments qui permettent d'expliquer le succès d'estime qu'eut Anvil of Dawn, notamment aux Etats-Unis.

Message édité pour la dernière fois le : 10/06/2013 à 14:01

#10

Tirnanog
Chevalier

"C'est la panique dans les couloirs, quand on arrive Anvillllll" ...


#11

Shizam
Grand chevalier

C'est la panique dans les couloirs, quand on arrive Anvillllll" ...

HiHi!


En effet, si on le regarde avec les yeux de l'époque, il est bien beau ce Anvil of Dawn. L'animation de la mort, l'animation buccale (écran et fenêtre), et j'ai surtout retenu le sort de magie lancé façon "j'écris le sortilège virtuellement sur la cible". Ça à d'la gueule, j'aimerai bien revoir ça dans un rpg de nos jours.

Merci pour l'article Skoeld . Trés intéressant.
PCiste depuis "seulement" 98, j'étais passé complétement à coté du genre Donjon Crawler.

Message édité pour la dernière fois le : 10/06/2013 à 14:28

#12

Lohengrin
Garde royal


"Note que je n'ai jamais donné mon avis sur Stonekeep et encore moins prétendu de quelque façon que ce soit que le jeu était mauvais. "

Loin de moi cette idée, il y a maldonne, Mea Culpa, Mea Maxima Culpa! Sorry, si je n'ai pas été clair, moi-aussi cependant j'avais pris soins de préciser que l'article était excellent, mais que mon regret était sur StoneKeep(effectivement hors-sujet, quoique). Il me fallait(oh prétexte) que je le souligne et effectivement c'était ma part de nostalgie et(en attendant ce soir, 22h les infos sur DA: Inquisition) mon plaisir concernant ce jeu, peut-être pour le faire connaitre ou redécouvrir en tous cas.
N'y a- t-il pas cette supplique aussi lointaine que très ancienne qui dit à peu près ceci: Toi qui passe et me lit, dis mon nom à voix haute afin que je vive pour l'éternité! Voila c'est fait pour StoneKeep
#13

dagon
Villageois

Très bel article/rétrospective.

Anvil of Dawn n'était pas si adulé que ça lors de sa sortie et a été plus ou moins maltraité à l'époque (notamment par la presse française). Il restait à l'époque en effet le pinacle du Dungeon Crawler.

Par contre, Stonekeep possédait un atout incroyable... le "Fairy Song". Une vraie tranche de rire... Faites un petit saut sur youtube pour ceux qui ne connaissent pas !

Message édité pour la dernière fois le : 10/06/2013 à 16:15

#14

skoeldpadda
Seigneur

Anvil of Dawn n'était pas si adulé que ça lors de sa sortie et a été plus ou moins maltraité à l'époque (notamment par la presse française). Il restait à l'époque en effet le pinacle du Dungeon Crawler.

D'où le fait que je parle avant tout de la presse américaine.
Il faut bien évidemment remettre la situation en contexte. Le buzz autour d'Anvil of Dawn est venu à rebours, après la sortie de Stonekeep et sous l'impulsion du magazine Computer Gaming World qui avait pris le jeu d'Interplay en grippe.
Le reste du monde s'en foutait un peu. Le fait qu'Anvil of Dawn soit uniquement disponible en anglais n'a pas joué en sa faveur non plus. En France, on a fait semblant de ne pas le voir. Il n'y a pratiquement que Joystick qui ai vraiment couvert le jeu (avec une note de 78/100, ce qui, pour Joystick, est plutôt un bon résultat).
Et puis il avait vraiment l'air totalement obsolète. Comme je l'ai expliqué, les dungeon crawlers n'avaient plus la côte depuis un moment déjà et il fut d'autant plus facilement effacé en 1995 qu'Elder Scrolls et World of Xeen étaient sortis l'année d'avant. Sortir un dungeon crawler dans ce contexte, c'était comme sortir un FPS sur la Deuxième Guerre en 2007 après le ras-de-marée Modern Warfare, voué à l'échec.

Ce n'est pas pour rien que, malgré leurs indéniables qualités, Anvil of Dawn et Stonekeep font aujourd'hui partis des grands oubliés du jeu de rôle là où Eye of the Beholder et Lands of Lore, pourtant techniquement moins aboutis, sont des incontournables.
#15

Caldanath
Gobelin

Merci Skoeld, c'est super intéressant !
#16

AbounI
Grand gobelin

Skoeld, c'est un mur entier de culture à lui tout seul
#17

Phoenix
Paladin


... et j'ai surtout retenu le sort de magie lancé façon "j'écris le sortilège virtuellement sur la cible". Ça à d'la gueule, j'aimerai bien revoir ça dans un rpg de nos jours.


Hmm en tête, le plus "récent" serait Arx Fatalis ou tu tracés les runes directement à l'écran.


En tout cas, sympa l'article, que de bon souvenir tout ça !
#18

siobibeul
Novice

Ton article est très sympa.

Je ne partage pas par contre ton enthousiasme pour le jeu , je l'ai essayé il y a peu de temps ... et bof , je n'ai pas accroché.

J'adore pourtant le genre , j'avais lu du bien sur ce jeu ( pas dans la presse française qui l'avait copieusement ignoré ...) , mais non , çà ne vaut pas un bon lands of lore , sorti pourtant longtemps avant.

Quant à STONEKEEP , sorti au même moment , grosse déception également comme tu l'as bien dit.

Message édité pour la dernière fois le : 10/06/2013 à 21:42

#19

Psychorat911
Villageois

Moi j'ai adoré Stonekeep... C'est un des jeux que je garderai toujours en mémoire! De plus j'adorais le style filmé et la façon que tout était fusionné graphiquement.

j'y ai même rejoué il y a quelque années sur dosbox.
#20

Inny
Guerrier


Un must have pour les fans du genre (même encore aujourd'hui). Un remake HD avec le moteur de "Legend of Grimrock" et je $ tout de suite !

C'est en cours. ;)
Projet à surveiller : Legend of GrimKeep.
#21

elButor
Noble

Legend of GrimKeep.


Cool




Voir tous