Jeudi 29 Juin 2017, 18:09     Connectés : 10      Membres : 9


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Les lundis de l'indie #7 - DoomRL

par all_zebest 20 Mai 2013 11:00 3

Il fait nuit, vous êtes seul dans l'obscurité, votre double canon scié pour tout allié, vos sens en alerte, à l'affût du moindre grognement. Soudain, tel un fauve, vous foncez, abattez sans ciller les trois douzaines de cochonneries qui vous barrent le passage, ramassez armures et munitions sur les cadavres, vous emparez de la clé bleue et filez vers l'étage inférieur. Le tout sur un hard-heavy-rock-metal endiablé qui fait bouger la tête et les pieds.
Ça, mes enfants, c'est une partie classique de DoomRL, le jeu qu'il est tellement bien que tout le monde il faut qu'il y joue.


 

Une rivière acide, des noeunoeuils et un inventaire bien roots.

 

DoomRL, comme son nom l'indique, est très inspiré par la fantastique saga de jeux de coloriages Rody et Mastico sortie à l'époque sur PC-DOS, Amiga, Atari ST et Amstrad CPC, à ceci près que la palette de couleurs se résume à rouge, rouge et rouge (amis des références obscures, vous n'avez encore rien vu.)
A l'origine développé, comme tout bon roguelike hardcore qui se respecte, en ASCII moche et méchant, DoomRL s'est vu offert avec sa version 0.9.9.6 (les développeurs de roguelikes aiment jouer au Loto) un beau tileset (comprenez "kit graphique à base de petits carrés") pour enfin afficher tripes et sang dégoulinants sur les murs. Tout ce qui manquait pour faire d'un bon jeu un indispensable, en fait. Gratuite, la bête l'était déjà.


 

Avant/après ou "la magie du tileset." Vidons les futailles, à nous la tripaille !

 

Question gameplay, vous serez en terrain connu, et ce que vous soyez amateur de Doom ou de Rogue (et si vous n'entrez dans aucune de ces deux catégories, je vous conspue, cher lecteur) : du tour par tour case par case nerveux et rythmé (si, vraiment, du tour par tour nerveux et rythmé), des explosions, de la musique qui roxxe du midi dedans tes oreilles de jeune et un inventaire délirant dans lequel on pourra stocker jusqu'à trente-neuf shotguns. C'est certifié 100% bourrin régressif, ça peut se jouer par tranches de cinq minutes si vous êtes impatient et même entièrement à la souris si vous n'avez qu'une seule main. Mais c'est pas tout. Là où DoomRL met le RL dans Doom, c'est dans la gestion de ce joyeux foutoir : il y a au moins soixante-douze classes et spécialisations pour builder le DoomGuy de ses rêves, l'inventaire est extra-large mais n'est pas le sac sans fond de Mary Poppins, la vie descend vite, il y a des pièges partout, les monstres sont d'horribles salopiauds capables de vous prendre à revers en se planquant hors de votre champ de vision et si les munitions se ramassent par paquets de douze, gaspiller ne vous mènera nulle part tant ils sont nombreux. DoomRL est fun, ça oui, mais DoomRL ne pardonne rien. Vous allez crever. Vite. Beaucoup. Comme des bleus. Et DoomRL se gaussera de votre infortune.

Il est comme ça, DoomRL : gratuit, accueillant et rigolard, mais faut pas compter sur lui pour vous aider à traverser la route. Pour à peine plus de 100Mo, il se télécharge dans tous les formats, .exe pour les flemmards, .zip pour les astucieux, .tar.gz pour les pingouins et même .dmg pour les hipsters.

Commentaires (3)

#2

AbounI
Grand gobelin

Merci Skoel pour cette prez.A tout hasard, il existe pas en .ras pour les dreads?
#3

Myworldisyou

Message supprimé le 20/05/2013
#4

Munshine421
Garde royal

Merci Skoel de m'avoir fait découvrir ce roguelike. Le plus étonnant c'est qu'en tant que roguelike il parvienne à coller à l'univers inquiétant de Doom (les musiques et les sons y sont pour beaucoup) et à faire ressentir les mêmes sensations au niveau de la "nervosité" des combats mais avec un gameplay différent.




Voir tous