Mercredi 22 Novembre 2017, 04:51     Connectés : 3      Membres : 2


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Débat #2: pour ou contre le sexe et les romances dans les RPG ?

par Etienne Navarre 26 Oct 2012 10:30 139

Le thème de ces débats est "pour ou contre", et pas "pensez-vous que". La prise de parti radicale est volontaire pour opposer deux visions totalement différentes sur un thème large. Le débat est là pour ouvrir le questionnement, pas pour répondre à une question précise.


 

"Le sexe. Le sexe ne change jamais. Depuis l'aube de l'humanité, nos ancêtres ont découvert le pouvoir d'aimer des blancs et des noirs, du sang a été versé au nom des sentiments ...."

S'il y a bien un sujet qui n'est abordé que très rarement dans les jeux video, c'est bien le sexe et les romances. Souvent, notre personnage se résume à satisfaire son besoin de vengeance, de justice ou de survie. Besoin de dormir, de manger, de boire, de combler une quête principale permettant d'atteindre ses objectifs. Pourtant la libido est un besoin humain des plus basiques, chez l'être humain, qui est rarement mis en avant dans les jeux vidéo, tout comme les sentiments d'attirance. Le joueur n'a donc pas la possibilité de s'attacher entièrement à un personnage qui reste asexué pour atteindre un plus grand public. Si les développeurs n'osent pas trop de ce côté-là, c'est que le risque d'être censuré est grand et le PEGI risquerait de gratifier d'un 18 + leur création. On pense aussi au cas Lara Croft, dont le viol a été plus ou moins bien accueilli par la presse, dans le dernier volume à paraître.

Sans rentrer dans un discours de psychologie de comptoir, je vous renvoie à ce lien qui nous expliquent les relations du joueur avec son avatar, ou encore cet article des développeurs sur ME3 sur l'immersion narrative du joueur. En clair, plus le joueur a une implication importante avec son avatar, plus l'immersion sera profonde. Du coup, permettre des sentiments purement humains dans un RPG ne peut être que profitable à l'expérience du joueur à condition que ceux-ci ne soient pas réduits à des choses primaires.

En effet, on connaît forcément des RPG (Risen) où le héros va faire appel à des prostitués pour calmer sa libido ou encore va utiliser sa femme comme gagne-pain (Fallout 2, Skyrim). Mais on se rend compte que la VRAIE romance est inexistante. Skyrim vous propose d'avoir un mari ou une femme, mais cela se résume à résoudre des quêtes plutôt rudimentaires. Alors oui, l'option existe et demande quand même un certain investissement de votre part, mais cela pourrait très bien être visualiser par un chien ou un compagnon, cela reviendrait au même. Ce personnage, votre moitié, n'a pas un statut réellement de conjoint. Juste un rôle de PNJ qui attend au coin du feu.

Dans la licence Mass Effect, Bioware a intégré une sexualité à leur personnage principal, permettant même l'homosexualité. L'intérêt des romances de la série est aussi de rester dans la suggestion plus que dans la pornographie, ce qui empêche le joueur de se retrouver dans le rôle de voyeur, mais d'imaginer la scène. Malheureusement cela reste plus une option qu'une vraie sentimentalisation des PNJ, qui, même si vous avez mordu dans le fruit défendu avec eux et que vous les trompez avec un autre, ne réagiront pas.

Et que dire des relations lorsque vous jouez à des RPG qui vous demandent de gérer un groupe de personnages des deux sexes. Ainsi les Baldur's Gate ont mis en avant cette notion de liens étroits entre les individus selon leur alignement, sans pour autant pousser les émotions. Même si les relations entre les individus sont bien rendues, il manque tout de même des notions plus poussées et plus ambiguës de séduction, de rapprochement qui rendent les PJ du groupe plus humains.

Mass Effect et The Witcher montrent bien la dimension importante du sexe et de la romance dans les jeux video et de leur intérêt. Peut-être un peu maladroitement parce qu'il est difficile de mettre en avant des sentiments tel que l'amour qui passe par des phases d'attirances, de séduction et enfin d'approches physiques en passant par le baiser et finir par l'acte sexuel. Difficile donc de mettre en avant un cheminement qui demanderait un développement assez poussé pour ne pas être considéré comme ridicule, car il demande des réactions que l'on ne contrôle pas forcément et que le jeu vidéo a bien du mal à développer et surtout à faire partager.



Et vous, êtes-vous pour ou contre les romances et le sexe dans les RPG ? Et si on commençait par demander l'avis de deux membres de RPGFrance ?

 

 

POUR: Etienne Navarre

 

Tout à fait Killpower, on pourrait demander l'avis de mon membre mais celui-ci n'est pas toujours très loquace et s'exprime dans une langue étrange. Le sexe dans les RPG est assez rarement abordé et c'est plutôt dommage à bien des égards. D'abord parce que le genre RPG, de par sa narration et sa caractéristique favorisant un certain libre arbitre, se prête parfaitement au jeu des sentiments : émotions que l'on subit, partenaires que l'on choisit, conséquences d'une romance (descendance, maladie)... En témoigne The Witcher 2 dernièrement qui mettait le sexe au premier plan dès l'ouverture du jeu. On pourra rétorquer assez facilement que le sexe présenté tel quel n'est là que pour attirer le chaland et exciter les instincts profonds de geeks en mal d'émotions fortes. Et ça n'est pas complètement faux parce que le sexe, c'est ça aussi : une excitation «désintellectualisée», un besoin primaire et plaisant. Eluder le cas du sexe et de l'amour dans les RPG, c'est oublier que l'histoire nous a montré que la puissance de l'amour et des sentiments à travers toutes les époques (César et Cléopâtre, Napoléon et Joséphine de Beauharnais...) peut transcender des sociétés entières durablement.

Il y a un certain puritanisme hypocrite à vouloir cacher le sexe et l'amour des RPG quand on se gave de démembrements, décapitations et de langage ordurier. Au milieu d'une société envahie par les sites pornos, les clips «hot», les sous-vêtements apparents, n'y aurait-il pas un coup à jouer en réhabilitant une certaine idée de l'amour (et fatalement du sexe sans artifice) au sein des RPG ? Selon moi, un RPG bien écrit pourrait parfaitement marier sexe et sentiments avec panache et douceur. Il le devrait même.

 

CONTRE: Caldanath

 

Halte-là Sieur Navarre !

Je ne peux vous laisser prêcher de la sorte !

De mon côté, je pense que le sexe dans les RPG est une chose parfaitement dispensable. En effet, la plupart du temps la tentative des développeurs de simuler la réalité du sentiment amoureux de ce genre d'instant tombe tout simplement à plat dans la flaque d'eau trouble du ridicule.

D'un côté, on se retrouve avec des romances qui feraient pâlir d'envie l'auteure de Twilight tellement le puritanisme omniprésent nous donne l'envie de fou rire (ou de meurtre au choix). Je pense par exemple à Mass effect et Dragon Age qui ont réussi à lancer le mouvement du "wearing-porn", car oui, chez BioWare le sexe se fait presque habillé. Et je ne parle même pas des cinématiques censées représenter ce "moment magique" où l'on a l'impression d'assister à une parodie de lap-dance.

Et de l'autre côté nous avons ceux qui font dans la surenchère. Celui qui dit The Witcher 2 comme exemple gagne un bon point. Certes ils osent enfin montrer l'amour, le sexe, mais ils en font beaucoup trop. Je veux bien que les joueurs réclament du sexe, mais de là à leur donner ceci, autant leur envoyer "Fifty shades of grey" par colis postal. Les scènes de sexe sont tellement nombreuses que cela en devient gratuit. La moindre occasion est bonne pour envoyer de la protubérance mammaire. Cela n'apporte plus rien à l'action au final. Je sais qu'il faut appâter le chaland mais tout de même.

Je joue aux RPG pour jouer à des jeux vidéo, pas des pornos chics interactifs.

Et je peux même revenir encore à Mass Effect, qui propose presque toute l'équipe comme romance avec scène de "sexe" à la clé. C'est sûr que quand je pars sauver le monde, j'ai envie de sauter tout mon équipage.

En bref, je ne pense pas que le RPG soit prêt à accueillir le sexe comme élément clé de l'action. Ou alors il faut trouver un juste milieu entre les RPG avec des romances à la mormon et celles à la Leisure Suit Larry.

 

Tous les débats en archives. 

Commentaires (139)

#126

Colinet
Noble

De toute façon, aucune narration n'échappe à sa propre époque. Il faut donc faire preuve d'une certaine bienveillance envers les choix des développeurs. Ils sont comme nous des enfants de leur temps (même si le grand-gignol genre Witcher 2 et la série Rome, qui transforme en spectacle jusqu'au physique des gens, m'agace pas mal).

Message édité pour la dernière fois le : 26/07/2014 à 15:20

#127

Shaam
Grand chevalier

@Kekona : Tout a fait ! Il suffit de voir toute la quête de classe du barde et des personnages comme Haer'Dalis ou dans un autre Keldorn pour s'en convaincre, BG propose autant de courtoisie et romantisme que des trucs salaces et violent, un ptit voyage dans les tréfonds ou a l’arrière de la couronne de cuivre suffise aussi a se faire une idée de la perversion d'une partie du monde.

Apres pour ce qui est de la crédibilité du bousin, il suffit de voir le concept du chevaliers, y'a pas plus crédible puisque ça a existé, en resumé ce sont des machine a tuer, courtoises et romantiques, autant aptent a la tuerie qu'a la poésie, en bref la dualité de l'homme selon guignols dans Full metal jacket
#128

DAlth
Garde royal

J'en rajoute une couche.
Dans un contexte de guerre : peu de sommeil et de mauvaise qualité , bouffe insuffisante, maladie...il est illusoire de penser que la libido d'un homme (et encore moins d'une femme) soit au beau fixe.

Donc, pour crédibiliser le sexe et/ou la romance dans un jeu, ça demande du temps, un scénario à rebondissements, de réelles affinités entre les persos.
A ce stade, la qualité d'écriture du développeur fait toute la différence.
#129

Caldanath
Gobelin

J'en rajoute une couche.
Dans un contexte de guerre : peu de sommeil et de mauvaise qualité , bouffe insuffisante, maladie...il est illusoire de penser que la libido d'un homme (et encore moins d'une femme) soit au beau fixe.


Hohoho, ça c'est ce que tu crois
#130

Etienne Navarre
Gobelin

C'est très, très loin de se résumer à ça Féérune, c'pas la Cimmérie, hein.

La Cimmérie est également peuplée de sages, de poètes et d'esthètes. Si c'est pour réaliser les mêmes raccourcis que ceux que tu critiques, on ne va pas avancer.
Enfin, c'est bien de se baser sur quelques exemples pour donner l'impression que l'univers de Baldur's Gate c'est l'univers du romantisme et des jeux d'esprit. Il n'empêche qu'une inclination personnelle pour la douceur et la tendresse (par exemple) ne permet de modeler un univers dont on est fan à sa guise. Désolé, mais dans des univers comme celui de BG, on est loin des badinages de Musset et de la délicatesse romantique. Ces univers restent des mondes dangereux, "peuplés de créatures maléfiques", de combattants aguerris... Ils ne se résument pas qu'à ça (je précise, sinon on va me faire dire ce que je n'ai pas dit), mais il n'est pas nécessaire de gonfler le scénario de certaines quêtes pour donner le sentiment que c'est le cœur du jeu.

Message édité pour la dernière fois le : 26/07/2014 à 16:23

#131

Chaos17
Guerrier

Pour les romances mais contre le sexe, j'ai pas besoin de voir des perso à poil pour comprendre que mon héro a conclu l'affaire.

Message édité pour la dernière fois le : 26/07/2014 à 17:11

#132

Kekona
Garde

Quand j'évoque la Cimmérie je souligne que Féérune est vaste et n'a pas forcément l'âpreté de moeurs que tu sembles lui prêter, pas qu'on se cantonne au monosyllabique dans la première.

Il serait peut-être aussi de bonne guerre de ta part d'admettre que mon premier message nuançait la position de Nallitsac en rappelant que les romances de BG2 n'étaient justement pas *si* ethérées que ça.

Après, si tu tiens absolument à ce que je développe la romance d'Anomen, les quêtes de classe évoquées par Shaam, le triangle amoureux PJ/Haer Dalis/Aérie, certaines motivations d'Irénicus, ou encore de Tamoko dans BG1 on peut s'y mettre : ce n'est pas du détail, c'est du factuel. Ce serait dommage que tu t'en tiennes à quelques certitudes et généralités sur un univers que tu as à peine survolé.

Ce serait de bonne guerre toujours de ne pas déformer mon propos, qui est de rappeler que ces romances sont cohérentes dans ce cadre-là, et qu'elles collent plutôt bien aux personnalités des pnj impliqués. Pas qu'ADD, c'est du Marivaux pudiquement dissimulé à coups de vorpale.
#133

Toupilitou
Garde royal

Pas qu'ADD, c'est du Marivaux pudiquement dissimulé à coups de vorpale.

Hehe... Jolie comparaison
#134

Kekona
Garde

Pour compléter :

Recouvertes d’un ciel gris et froid, les terres de Cimmérie sont une rude région de toundras, de montagnes et de plaines boisées. Ces terres sont cernées par ceux qui projettent soit de tuer ou soit de conquérir les clans barbares qui vivent la depuis l’époque des Atlantéens. La boue souvent mélangée au sang des envahisseurs Pictes, des pillards Vanirs, des Gurnakhi d’Hyperborée ou des soi-disant conquérants fous venant des Royaumes Frontières recouvre un sol dur. Mais aucun homme ne peut probablement pas se revendiquer maître de ce peuple inflexible ou seigneur des terres dans lesquelles luttent chaque jour pour survivre les cimmériens. La Cimmérie est un lieu sauvage de clans en guerre et de familles constituant des tribus où les clés de la survie sont la force et la ruse


C’est une terre remplies de gens et de prédateurs dangereux où, dans les collines gelées, tout ce qui est vivant tue et se fait tuer. Les loups, les chats des montagnes et les ours féroces chassent dans les déserts glacés et les bois épais, et ils montrent une telle sauvagerie, qu’ils sont capables de tuer un groupe de chasseurs imprudents. On raconte autour des feux de camps des histoires de bêtes monstrueuses et de sombres légendes attendent dans les désolations glacées de téméraires voyageurs. Et nombre des ces histoires ont prouvé qu’elles étaient vraies. En Cimmérie, si le temps et la terre ne te tuent pas, quelque chose d’autre le fera.

Seul le fort arrivera à vivre en ce lieu. Beaucoup viennent en cette terre pour se tester. Les Monts Eiglophian attirent les aventuriers vers leurs sommets glacés pour tester leur force de caractère devant des cannibales assoiffés de sang et de fabuleuses créatures de légende. Le Champ des Chefs (Field of Chiefs) et sa Pierre Dressée, où les clans peuvent venir passer de paisibles alliances, sans crainte de trahison, sont un morceau vivant d’histoire. On se demande parfois pourquoi des étrangers qui croient avoir le bras fort et la lame rapide viennent en Cimmérie.

C’est la terre qui a donné naissance au grand et célèbre Conan, dont les voyages et les aventures sont devenues légendes dans tout Hyborie. Nombre de ses exploits résonnent dans son pays, incitant les autres clans à imiter sa vie de danger et d’excitation. Cependant, c’est fut l’âpreté de sa terre autant que sa force de caractère qui fit de Conan ce qu’il est devenu.

Cimmérie, la terre de Crom, peut ne pas être douce, plaisante ou facile à vivre, mais elle engendre un peuple encore plus robuste et elle expédie très vite dans leurs tombes les imprudents. C’est un endroit difficile à vivre qui laisse le faible faible et révèle le fort. Parmi les clans de la frontière sud circule un diction : « Fait la paix avec tes dieux avant de venir en Cimmérie car tu n’en trouveras pas là.


D'où le fait que j'évoquais la Cimmérie, pas vraiment pour la brocarder. En fait ça me semblait vachement coller au tableau décrit par Étienne, beaucoup plus qu'à la Côte des Épées aux alentours de 1370CV. Je confesse que je n'ai pas lu Howard hein, j'ai juste passé quelques mois sur AoC. Avec une nette préférence pour le soleil de Stygie ^^
#135

Etienne Navarre
Gobelin

@ Kekona : pour résumer très simplement ma pensée, il s'agissait de préciser qu'un univers d'héroic fantasy n'est pas, de facto, le terreau idéal pour développer la romance et le romantisme. En revanche, il se prête plus aisément aux mœurs débridées.
Il ne s'agit pas de dire que le sexe brut ou les sentiments platoniques sont impossibles ou obligatoires. Il s'agit de voir que l'univers n'est pas forcément celui qui permet de développer le romantisme avec les meilleurs résultats. En revanche, il se prête plus facilement à l’âpreté et au charnel.
D'autant qu'en règle générale, les développements amoureux dans les RPG sont, quand il s'agit de sentiments et d'amour, plutôt légers et anecdotiques. En même temps, les dév ne sont pas des poètes, ni des écrivains et encore moins des spécialistes du rapport amoureux. Ca n'empêche pas certains passages d'être plutôt bien écrits (je dis ça parce que je sens déjà les "ohh l'autre hé n'importe quoi là") mais disons que je trouve ça plutôt simplet et mignon. C'est gentil quoi.
#136

Kekona
Garde

Question écriture je n'étais pas plus fan que ça des romances officielles, en fait. J'ai traduit Imoen's Romance à l'époque. Mon Anglais était encore balbutiant (ça ne s'est pas trop arrangé...), donc si la vf comporte du gros contresens qui tâche, c'est sur moi qu'il faut taper.

Bref, ça ne te parlera pas et pour citer un joueur l'ayant essayé, certains passages étaient clairement écrits avec une seule main. Mais d'autres apportaient une couleur très différente à BG2. Expérience sexuelle cradingue menée via Duergar interposé par Irénicus sur Immy, thématique Lannister avant la lettre, commentaires exaspérés des autres pnj, chantage à la galipette envers le PJ s'il se montrait trop pingre pour payer l'auberge et passait systématiquement la nuit à la belle étoile etc.

Avec le recul, expérience mitigée. Je ne saurais pas trop dire si le mod transfigurait le personnage ou était à côté de la plaque vis-à-vis de la licence. Si certains y ont touché et que ça vous parait encore coller au débat, je serais curieux de connaître vos avis.

Message édité pour la dernière fois le : 26/07/2014 à 22:35

#137

DAlth
Garde royal

Hohoho, ça c'est ce que tu crois


Disons simplement qu'il ne suffit pas de le vouloir pour en avoir envie.

Joue t-on une romance ou une relations sexuelle pour le fun, par défit, par procuration (...) dans un jeu ?

Notre avatar sert de catalyseur mais, même dans un univers violent, avec des valeurs étiques chaotiques, le ou la partenaire doit avoir sa propre grille de lecture pour accepter ou non un début de relation, sentimentale ou charnelle.

Si l'avatar est un simple queutard virtuel, on en fait vite le tour.

A propos, ça manque cruellement de témoignages féminins.

Message édité pour la dernière fois le : 27/07/2014 à 00:40

#138

Anabelle
Noble

Témoignage féminin donc ;)
Le sexe ne me dérange pas du tout quand il est justifié par le scénario et/ou le personnage (Geralt par exemple)
Quand il s'agit de mettre des romances juste pour mettre des romances, dans le sens où ça tombe comme un cheveu sur la soupe, que c'est très mal amené et développé (DAO, ME, Skyrim ...), sans être totalement contre, je n'adhère pas et j'aurais tendance à zapper (ou alors juste jouer le jeu par curiosité pour être finalement déçue)
En résumé je dirais , du sexe oui, mais pas n'importe comment :p ;)
#139

DarkSecrets
Novice

Tout à fait POUR !!! Soyons réaliste !!!!
#140

D_Inquisitor
Guerrier

Pour les deux, sans trop de chichis car ça reste des jeux, et pas des simulateurs de drague. Avoir des compagnons de voyages qui partagent et approuvent nos choix (Fallout 4), c'est largement suffisant pour débuter une relation. Pour passer à l'acte, dans Mass Effect 3 par exemple, Jack a le profile de la fille qui ne va pas s'encombrer de palabres juste pour passer un peu de bon temps.

Donc je dirais "tant que c'est cohérent et que ça correspond aux personnages", il serait dommage de s'en priver. Non parce que la violence à tout bout de champ c'est bien mignon, mais faut aussi pouvoir se "reposer".




Voir tous