Vendredi 20 Octobre 2017, 09:03     Connectés : 9      Membres : 8


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Kingdom Come : Deliverance nous explique son réalisme

par Caparzo 02 Sep 2016 18:24 11

Depuis que les développeurs tchèques de chez Warhorse nous ont dévoilé Kingdom Come : Deliverance, ces derniers ont toujours tenu à mettre en avant le réalisme de leur RPG. Ils ont en effet été très insistants sur le fait qu'il s'agit ici d'un jeu médiéval totalement réaliste ne proposant aucun dragon ni aucune magie. Aujourd'hui, Ils nous font savoir pourquoi les combats de Kingdom Come : Deliverance semblent si réels.

Quoi de mieux pour montrer le réalisme de quelque chose que de se baser sur notre propre réalité, et cette fois-ci, nous allons pouvoir jeter un œil sur les armes et les dégâts qu'elles peuvent infliger sur des armures. Nous pouvons donc nous apercevoir que les armes contondantes, comme les marteaux, seront très efficaces contre les armures lourdes puisqu'elles viendront écraser tout sur leur passage. Les épées seront quant à elles plus utiles contre les armures plus légères, tels les gambesons, pour trancher dans le vif. Les cottes de mailles seront pour leur part très fragiles contre les armes pouvant pratiquer l'estoc, c'est-à-dire infliger un coup par la pointe.

Voici donc une vidéo très intéressante, nous permettant de comprendre le réalisme du gameplay en ce qui concerne les combats. Cependant, cette attitude de vouloir coller à la réalité ne nous explique toujours pas pourquoi ce gameplay est toujours aussi fastidieux et si peu naturel à prendre en main. Kingdom Come : Deliverance sortira en 2017 sur PC, Xbox One et PlayStation 4.
 

Commentaires (11)

#2

Percival
Paladin

Les cottes de mailles seront pour leur part très fragiles contre les armes pouvant pratiquer l'estoc, c'est-à-dire infliger un coup par la pointe.

C'est le cas des armes d'hast mais pas des épées qui sont des armes de taille et d'estoc car la pointe de l’épée ne suffit pas à transpercer une cotte de maille (comme montré dans la vidéo) de même qu'une pointe de flèche.

Une cotte de maille (de par son maillage serré) est normalement fabriquée de telle manière qu'une flèche ou un carreau ne peut la transpercer.

Message édité pour la dernière fois le : 02/09/2016 à 21:10

#3

Aleph
Chevalier

C'est sympa les cours d'histoire. Je dirai même que cela m'a toujours passionné. Mais l'est où le jeu?
#4

Percival
Paladin

Mais l'est où le jeu?
Ça mon pote, on verra ça en 2017. Si la sortie n'est pas repoussée.
#5

DEXTER987
Garde

C'est très bien mais y un truc qui me dérange pour un jeux de se genre c'est l'explosivité des combats (loin de moi l'idée d'en attendre autant que dans un witcher par exemple mais on est au moyen age j'ai pas encore vue de décapitations , mème pas de bribes d'hémoglobines qui gicle.Je parle meme pas du politiquement correct , on incarne pas une femme c'est déja ça (ps : j'adore le femmes (ohh... oui!!) mais on est au moyen age mrd...).Si ils espèrent cartonné c'est dejas pas mal mais ya encore du boulot je dirais plutôt 2018.
#6

audrik
Novice

Une cotte de maille (de par son maillage serré) est normalement fabriquée de telle manière qu'une flèche ou un carreau ne peut la transpercer.


Tout comme certaines pointes de fleches et de carreaux étaient fabriqués pour percer les cottes de maille. Il existait et existe encore un grand nombre de pointes de flèches suivant le résultat souhaité.
#7

Percival
Paladin

@ audrik : Je savais qu'il existait différentes formes de pointes de flèches et de carreaux mais je ne savais pas qu'un type particulier de flèche et de carreau était capable de transpercer une cotte de maille.
Est-ce que tu saurais me dire quels types de flèches et de carreaux étaient assez puissants pour transpercer une cotte de maille ?
#8

cabfe
Seigneur

J'ai trouvé ce site très intéressant où des tests ont été réalisés avec des armes et protections les plus proches possible des matériaux et techniques d'époque.
Dans le lien cité plus haut, l'arbalète pénètre aisément un haubert.

Dans un autre test sur ce même site, il y en a un avec une dague (toujours contre un haubert) et dans la conclusion, il montre (et démontre) que le matos moderne ne vaut rien du tout comparé aux mailles du moyen-âge. Non pas qu'on ait oublié la technique, mais ça coûte bien plus cher de faire du bon matos efficace alors que le besoin à notre époque n'est plus là.

Du coup, il faut se méfier des tests de résistance sur les armures (au sens large) car la qualité des matériaux et des techniques change complètement le résultat.
#9

audrik
Novice

@Percival : ce site explique bien tout ca.
#10

Cyrus Redguard
Noble

pointe de l’épée ne suffit pas à transpercer une cotte de maille


Oui et non ça dépend de la technique employé. La technique de demi-épée qui consiste à l'utilisé (grosso modo) comme une lance de cavalerie (poignée calé sous l’aisselle) peut tout à fait percer une cotte de maille. Mais une semple fente ne suffit pas c'est vrai.

Pour les armes d'haste il faudrait voir, l'hallebarde à mon avis peut bien endommager une cotte de maille, vu qu'elle peut pénétrer une armure de plate.
#11

Xaemilim
Novice

Il faut aussi se rappeler que la plupart des épées du moyen âge avaient des pointes arrondies. Par contre en effet beaucoup de pointes existaient pour transpercer n'importe quelles armures, et surtout les arbalètes étaient fortes dans la matière, raison pour laquelle elles furent interdites à l'utilisation contre d'autres chrétiens par l'Eglise.
#12

Percival
Paladin

Merci pour toutes ces infos passionnantes et instructives, les Gobs !

J'ai cependant quelques critiques à apporter aux sites qui vous avez mis en lien.

Concernant le site "Guerre et Chevalerie", la cotte de maille utilisée pour le test de résistance à des coups d’estoc n'est pas bonne. En effet, il s'agit d'une cotte de maille du XIIIème siècle qui a bien servi et qui a été réparée en certains endroits par d'autres types de mailles (certaines plus grosses), qui est rouillée en d'autres endroits et qui contient certaines mailles moins épaisses usées par le temps et les combats. La cotte de maille n'est donc pas uniforme. Elle est fragilisée en certains endroits alors qu'en d'autres, elle à l'air correcte.
Ils auraient dû utiliser à la place une cotte de maille nouvellement créée mais avec les techniques de l'époque pour qu'il n'y ait pas de biais. Et il y a bien un biais car ils concluent ici qu'une épée d'une époque allant de 1250 à 1300 est capable de transpercer un peu le haubert alors que la zone transpercée est rouillée donc fragilisée.
De plus, lors d'un test de résistance d'un haubert face à des coups de dague, ils donnent des coups à 2 mains alors qu'une dague ne s'utilise jamais à deux mains.
En outre, ils donnent tous leurs coups au même endroit, ce qui fragilise de plus en plus la cotte de maille à cet endroit pour les coups suivants.
Ensuite, les tests sont effectués par un homme qui n'a de toute évidence pas la même force qu'un soldat de l'époque bien entraîné.
Enfin, un vrai test scientifique se fait avec bien plus que trois coups pour qu'il n'y ait aucun biais et pour pouvoir utiliser un test statistique qui permette de conclure.
En conclusion, leurs tests ne sont pas scientifiques, au contraire de ce qu'ils affirment, et ne sont pas représentatifs de la réalité du Moyen Âge.

Concernant le site de la "Confrérie de l'Arc en Main", mon seul regret est qu'ils n'aient pas donné d'infos sur l’empennage d'une flèche.

Message édité pour la dernière fois le : 08/09/2016 à 22:11





Voir tous