Jeudi 22 Octobre 2020, 19:44     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Aucune charge retenue contre 38 Studios

par Caparzo 01 Aoû 2016 11:34 11

Le jeu vidéo est un loisir bien plus sérieux qu'on ne pourrait l'imaginer au premier abord. Comme vous pouvez aisément vous en douter, il ne s'agit pas uniquement d'un média où il est seulement question de se mettre devant son écran et de passer des dizaines d'heures devant son jeu préféré. Le jeu vidéo brasse en effet des centaines de millions de dollars et lorsqu'il est question de telles sommes d'argent, les dérives peuvent vite arriver. Il faut remonter en 2010 puis en 2012 pour redécouvrir l'affaire 38 Studios.

C'est en effet dans un premier temps en 2010 que l'Etat de Rhode Island a prêté plus de 75 millions de dollars à 38 Studios pour le développement de deux jeux : Kingdoms of Amalur : Reckoning ainsi que Copernicus, un projet de MMORPG qui n'aura malheureusement jamais vu le jour. Après la sortie en 2012 du premier titre de cette liste, le studio américain a été reconnu en faillite le 7 juin 2012 accusant des pertes de plus de 100 millions de dollars. Bien évidemment, l'Etat du Rhode Island ne comptait pas laisser l'affaire sombrer d'elle même et voulait savoir où était passé son argent. Au cours des mois et années qui suivirent, le studio fût mis aux enchères et de nombreux équipements informatiques ont été vendus pour la modique somme de 830 000 dollars, ce qui était bien évidemment insuffisant pour rembourser le Rhode Island.

Plus tard en 2014, c'était au tour des licences Kingdoms of Amalur : Reckoning et Copernicus d'être vendues aux enchères. Aujourd'hui, nous connaissons enfin le fin mot de l'histoire. Steven O'Donnell de la Police d'Etat du Rhode Island ainsi que Peter Kilmartin, Procureur Général de ce même état, ont en effet annoncé après une longue enquête qu'aucune charge n'était retenue contre 38 Studios. Les soupçons de fraude s'éloignent donc définitivement et il est ici avant tout question d'une très mauvaise gestion de l'entreprise.

Si nous devions cependant ne retenir qu'un seul détail dans toute cette histoire, ce ne serait pas l'apparition éphémère de Kingdoms of Amalur dans le monde du jeu vidéo, RPG qui n'aura de toute façon pas laissé un souvenir indélébile auprès des joueurs, mais la mise au chômage de plus de 200 employés. N'hésitez pas à jeter un œil sur le site de WPRI.com si vous voulez en apprendre plus sur cette affaire.

Commentaires (11)

#2

Armancia
Chevalier

Point final à une histoire farfelue.
J'aime le jeu video, mais je trouve douteux que de l'argent public soit investi dans le financement de ce type d'activité non stratégique, et très instable financièrement.
Qu'on facilite le développement d'entreprise pas de soucis, mais quand on laisse 100 millions de dollars dans une société qui créé du mmo, c'est du capital risk ...
#3

mm678player
Garde royal

Ce n'est pas qu'une histoire de jeux vidéo. Dès que quelque chose fait faillite, ou se retrouve un tant soit peu dans le négatif, les gens ont systématiquement le réflexe de crier au loup, et d'imaginer des fraudes, des détournements d'argent par les boss, etc... Où passe l'argent, ben dans des salaires normaux, des locaux normaux, des machines normales, de l'électricité, des impôts, etc... normal quoi. Après, si une entreprise, un produit n'arrive pas à décoller, ben c'est le bilan négatif...
#4

ninheve
Grand chevalier

Nous parlons bien du Rhode Island? l'état où il y a le plus d'avocats au mètre carré et où le maire de la capitale a fait de la prison pour avoir fait tabasser l'amant de sa femme par la police locale et qui a ensuite été réélu? Un maire qui a aussi été responsable de quelques disparition de fonds. Le gouverneur lui même a un moment avait des sousous qui avaient disparu. Un état fier du fait qu'il fut le premier à avoir été occupé par la mafia :) (avant même sa voisine Boston)
Bref, j'ai adoré vivre dans le Rhode Island mais l'histoire derrière le financement de studio 38 par cet état me fait plutot sourire sachant que c'est loin d'être des saints .
#5

AbounI
Grand gobelin

faudrait renommer cet état en Rogue Island
#6

Balrog
Guerrier

Abounl
#7

ninheve
Grand chevalier

pour en continuer avec la politique du rhode island

http://www.economist.com/blogs/democracyinamerica/2016/02/vincent-buddy-cianci-1941-2016

pour les anglophones, la vie de Buddy (maire de providence, la capitale du R.I) vaut son pesant de cacahouètes (sachant qu'au premier jour de son mandat les singes du zoo local s'étaient fait la belle....) et surtout présentant bien l'esprit d'honnêteté de la bas.

Enfin pour ceux qui ne visualiserai pas ce petit état, sachez que les frères Farelli (dumb and dumber, marie à tout prix etc...) sont originaires de la bas et dans tout leur film épinglent les Rhodes Islandais tout en les aimant bien. On apercois toujours dans leur film l'etat ou providence même...
Mais bref, ce petit HS de la part de votre modo est fini^^
Mais pour studio 38 dont j'ai aimé Kingdom of Amalur, je trouve dommage la comm qui a été faite autours du jeu (qui a les même mécaniques que Skyrim..) mais un look cartonesque, ils n'ont pas su le vendre. Ensuite leurs soucis montrent une gestion à la ramasse . Bilan 200 personnes au chomage et ça c'est degueu.

#8

Raistlin
Citoyen

Kingdoms of Amalur ne m'avait effectivement pas laissé un souvenir mémorable (alors que pourtant, avec l'écrivain de la saga Drizzt derrière, je pensais que le scénario serait intéressant... beh non >_>).
Cela dit, le DLC des dents de Naros m'avait subjugué. pas pour ses persos ou son histoire (quêtes FEDEX powa), mais pour la beauté sidérante de la ville qu'on traversait, où tous les habitants étaient des géants greco-romains en pierre de 5 mètres, et où l'on se sentait vraiment comme un petit bébé fragile au milieu d'une cité de demi-dieux olympiens. Aucun jeu ne m'avait jamais fait ressentir un truc pareil, c'était vraiment génial d'évoluer dans cet environnement.

Donc bon... ptite larme quand même, comme pour tout studio qui ferme au fond... le jeu vidéo est un marché vraiment mouvementé.
#9

flofrost
Grand chevalier

Il me semble que le pdg était un ancien sportif, et il a démontré une fois encore qu'on ne s'improvise pas patron, gérer une boite ça demande quand même quelques qualités.
#10

Remontoir
Citoyen

C'est un jeu qui m'a au contraire scotché par son univers, avec la place du destin qui régit tout (sauf notre héros qui justement n'en n'a pas), avec les fae, mi-végétaux, mi-humains, immortels mais prisonniers eux de leur culture, voués à rejouer sans cesse la même histoire. Il y'a aussi la nostalgie du monde de la magie en train de disparaître et l'opposition entre être de magie et humains qui ne se comprennent pas.
Et puis son gameplay et ses combats hyper-dynamiques, et une belle sensation de montée en puissance au fil des niveaux.

Au rang des défauts une certaine redondance finit par s'installer. Malgré des décors très beaux et enchanteurs, tous les donjons finissent par se ressembler. Aucun pnj n'arrive à se détacher du lot.

C'est vraiment une grosse déception qu'on ne connaisse jamais un 2eme volet de cette série qui aurait encore amélioré la formule et gommé les défauts...
#11

Demoniakor
Noble

Je l'ai sur deux plateformes, ma femme l'a torché dans tout les sens, et moi....je n'ai fait que la demo. Honte.

Faudrait, en mémoire de ceux qui sont "tombés", que je fasse ce satané jeu qui me rappelle de par son atmosphère musical et ses couleurs, Fable.
#12

ninheve
Grand chevalier

Tout comme remontoir, j'ai beaucoup aimé les combats hyper dynamiques qui pêtent dans tous les sens avec des combo à faire tomber le dentier de mémé, bref, très sympa mais finalement chaque zone avait son histoire, ses pnj, ses quêtes et à la fin on avait l'impression que quoique l'on fasse il n'y avait pas de cohésion dans toutes les sous histoires. Mais j'y ai pris plaisir et il ne méritait pas le sort qui lui a été réservé. Les critiques n'ont pas su saisir ce jeu , ont voulu absolument faire des comparaisons et il en a pâti.




Voir tous